Les Fleurs du mal

Objet d'étude : Écriture poétique et quête du sens, du Moyen Âge à nos jours

Problématique générale : En quoi le recueil de Baudelaire fait-il de la poésie "une quête du sens" ?

Support : Les Fleurs du mal, I, Spleen et idéal, coll. Livre de Poche, première édition 1857.

Mise en place

L'univers des Fleurs du mal

Cette séance est consacrée à la mise en place d'exposés

Sujets

Ci-dessous une liste d'exposés :

  • Baudelaire, critique et poète
  • le procès des Fleurs du mal
  • les mouvements littéraires au XIXe s. : le Romantisme (principes, auteurs, illustrations par plusieurs peintures commentées)
  • les mouvements littéraires au XIXe s. : le Parnasse (principes, auteurs, illustrations par des extraits de poèmes commentés)
  • les mouvements littéraires au XIXe s. : le Symbolisme (principes, auteurs, illustrations par plusieurs peintures commentées)
  • les formes fixes en poésie : le sonnet (principes, exemples commentés)
  • l'allégorie (principe, illustration par plusieurs peintures commentées)
  • les femmes inspiratrices : Jeanne Duval, Marie Daubrun, Apollonie Sabatier
  • les poètes maudits (origine, caractéristiques du mythe et exemples)

Seance 01

Baudelaire et Les Fleurs du mal

Cette séance est destinée à mettre en évidence les mouvements qui ont influencé la poésie de Baudelaire

Oral

Proposez une biographie de Baudelaire.

Pistes

Observation

Comparez les différentes couvertures. Quels aspects du recueil mettent-elles en valeur ?

Prolongement

Les cycles indiqués entre crochets sont une schématisation généralement admise.

1. Au regard des titres de poèmes, quels thèmes reviennent de façon récurrente dans cette section ?

2. Commentez le titre de la section, et le titre du recueil.

Pistes

[Cycle de l'Art]

I. Bénédiction

II. L'Albatros [1861]

III. Élévation

IV. Correspondances

V. « J’aime le souvenir de ces époques nues... »

VI. Les Phares

VII. La Muse malade

VIII. La Muse vénale

IX. Le Mauvais Moine

X. L'Ennemi

XI. Le Guignon

XII. La Vie antérieure

XIII. Bohémiens en Voyage

XIV. L'Homme et la Mer

XV. Don Juan aux Enfers

XVI. Châtiment de l'Orgueil

XVII. La Beauté

XVIII. L'Idéal

XIX. La Géante

XX. Le Masque [1861]

XXI. Hymne à la Beauté [1861]

[Cycle de l'Amour]

[Jeanne Duval]

XXII. Parfum exotique

XXIII. La Chevelure [1861]

XXIV. « Je t’adore à l’égal de la voûte nocturne... »

XXV. « Tu mettrais l’univers entier dans ta ruelle... »

XXVI. Sed non satiata [Mais non pas satisfaite]

XXVII. « Avec ses vêtements ondoyants et nacrés... »

XXVIII. Le Serpent qui danse

XXIX. Une Charogne

XXX. De profundis clamavi [Premiers mots du psaume CXXIX "Du fond de l'abîme j'ai crié"]

XXXI. Le Vampire

XXXII. « Une nuit que j’étais près d’une affreuse Juive... »

XXXIII. Remords posthume

XXXIV. Le Chat

XXXV. Duellum [1861] [La guerre]

XXXVI. Le Balcon

XXXVII. Le Possédé [1861]

XXXVIII. Un Fantôme [1861]

XXXIX. « Je te donne ces vers afin que si mon nom... »

[Apollonie Sabatier]

XL. Semper Eadem [1861] [Toujours la même]

XLI. Tout entière

XLII. « Que diras-tu ce soir, pauvre âme solitaire... »

XLIII. Le Flambeau vivant

XLIV. Réversibilité

XLV. Confession

XLVI. L'Aube spirituelle

XLVII. Harmonie du Soir

XLVIII. Le Flacon

[Marie Daubrun]

XLIX. Le Poison

L. Ciel brouillé

LI. Le Chat

LII. Le Beau Navire

LIII. L'Invitation au Voyage

LIV. L'Irréparable

LV. Causerie

LVI. Chant d'Automne [1861]

LVII. À une Madone [1861]

[Femmes peu connues]

LVIII. Chanson d'Après-midi [1861]

LIX. Sisina [1861] [allusion à Elisa Néri, actrice]

LX. Franciscae meae laudes [Louanges de ma Françoise]

LXI. À une Dame créole

LXII. Moesta et errabunda [triste et vagabonde]

LXIII. Le Revenant [1861]

LXIV. Sonnet d'Automne [1861]

[Cycle du Spleen]

LXV. Tristesses de la Lune [1861]

LXVI. Les Chats

LXVII. Les Hiboux

LXVIII. La Pipe [1861]

LXIX. La Musique [1861]

LXX. Sépulture [1861]

LXXI. Une Gravure fantastique [1861]

LXXII. Le Mort joyeux [1861]

LXXIII. Le Tonneau de la Haine [1861]

LXXIV. La Cloche fêlée

LXXV. Spleen

LXXVI. Spleen

LXXVII. Spleen

LXXVIII. Spleen

LXXIX. Obsession [1861]

LXXX. Le Goût du Néant [1861]

LXXXI. Alchimie de la Douleur [1861]

LXXXII. Horreur sympathique [1861]

LXXXIII. L'Héautontimorouménos [1861] [Le bourreau de soi-même]

LXXXIV. L'Irrémédiable

LXXXV. L'Horloge [1861]

Seance 02

L'Albatros

Cette séance est destinée à étudier un texte emblématique du recueil

Notion

L'allégorie

Recherche

Proposez une lecture analytique de 'L'Albatros'.

  • une anecdote symbolique
  • les oppositions et les contradictions

Pistes

Observation

1. En quoi cette représentation de Lucifer est-elle surprenante ?

2. Quelle relation peut-on établir avec le poème de L'Albatros ?

O. Redon, L'Homme ailé ou L'Ange déchu, 1890-1895.

Prolongement

Lisez les poèmes suivants : Causerie, La Cloche félée, "J'ai plus de souvenirs...".

Indiquez, dans un tableau, pour chacun des poèmes, le(s) comparant(s), le(s) comparé(s), et la signification de l'allégorie.

Seance 03

A la croisée des chemins

Cette séance est destinée à mettre en évidence les mouvements qui se croisent dans la poésie de Baudelaire

Observation

1. a. Comparez "Chant d'automne" et Spleen, LXXVI, "J'ai plus de souvenirs...".

b. En quoi ces deux textes sont-ils nettement influencés par le mouvement romantique ?

2. a. Comparez, de même, "La Beauté" et "Hymne à la beauté".

b. Montrez que ces deux textes relèvent de l'esthétique du Parnasse.

3. Comparez les deux influences. Vous paraissent-elles compatibles ?

Pistes

Seance 04

Dialogues amoureux

Cette séance est consacrée à l'étude comparée de deux poèmes

Oral

Jeanne Duval, Apollonie Sabatier, Marie Daubrun

Pistes

Recherche

Comparez "Une charogne" et "L'Invitation au voyage".

Prolongement

La poésie ne doit-elle parler que de ce qui est beau ?

Seance 05

Poésie et prose

Cette séance est consacrée à une étude comparée des deux versions du poème

Oral

Comparaison

Comparez les deux versions. Laquelle préférez-vous ?

1. Montrez que les deux textes évoquent les mêmes lieux.

2. Quels élements figurent dans le texte en prose mais pas dans le texte versifié ?

3. Comparez les fins des deux textes.

4. Quelle version préférez-vous ? Pourquoi ?

Pistes

Recherche

Commentez le texte en vers.

Proposez une analyse du texte en vers en vous appuyant sur le parcours de lecture suivant :

  • une destination de rêve
  • une invitation adressée à la femme aimée
  • le bonheur et l'harmonie

Prolongement

Dans le cadre d'un débat organisé par le club poésie de leur établissement, deux lycéens discutent et s'opposent : l'un part de l'idée que la poésie dépend des vers et des rimes, l'autre trouve cette conception trop réductrice. Au fil des échanges, les deux points de vue évoluent en se nuançant.

L'Invitation au voyage

Pulié à titre posthume, Le Spleen de Paris, souvent appelé Petits Poèmes en prose, est un recueil qui reprend parfois certains textes des Fleurs du mal pour en donner un pendant en prose. Beaucoup de ces textes sont contemporains, dans leur rédaction, de poèmes des Fleurs du mal.

Il est un pays superbe, un pays de Cocagne, dit-on, que je rêve de visiter avec une vieille amie. Pays singulier, noyé dans les brumes de notre Nord, et qu’on pourrait appeler l’Orient de l’Occident, la Chine de l’Europe, tant la chaude et capricieuse fantaisie s’y est donné carrière, tant elle l’a patiemment et opiniâtrement illustré de ses savantes et délicates végétations.

Un vrai pays de Cocagne, où tout est beau, riche, tranquille, honnête ; où le luxe a plaisir à se mirer dans l’ordre ; où la vie est grasse et douce à respirer ; d’où le désordre, la turbulence et l’imprévu sont exclus ; où le bonheur est marié au silence ; où la cuisine elle-même est poétique, grasse et excitante à la fois ; où tout vous ressemble, mon cher ange.

Tu connais cette maladie fiévreuse qui s’empare de nous dans les froides misères, cette nostalgie du pays qu’on ignore, cette angoisse de la curiosité ? Il est une contrée qui te ressemble, où tout est beau, riche, tranquille et honnête, où la fantaisie a bâti et décoré une Chine occidentale, où la vie est douce à respirer, où le bonheur est marié au silence. C’est là qu’il faut aller vivre, c’est là qu’il faut aller mourir !

Oui, c’est là qu’il faut aller respirer, rêver et allonger les heures par l’infini des sensations. Un musicien a écrit l’Invitation à la valse ; quel est celui qui composera l’Invitation au voyage, qu’on puisse offrir à la femme aimée, à la sœur d’élection ?

Oui, c’est dans cette atmosphère qu’il ferait bon vivre, — là-bas, où les heures plus lentes contiennent plus de pensées, où les horloges sonnent le bonheur avec une plus profonde et plus significative solennité.

Sur des panneaux luisants, ou sur des cuirs dorés et d’une richesse sombre, vivent discrètement des peintures béates, calmes et profondes, comme les âmes des artistes qui les créèrent. Les soleils couchants, qui colorent si richement la salle à manger ou le salon, sont tamisés par de belles étoffes ou par ces hautes fenêtres ouvragées que le plomb divise en nombreux compartiments. Les meubles sont vastes, curieux, bizarres, armés de serrures et de secrets comme des âmes raffinées. Les miroirs, les métaux, les étoffes, l’orfévrerie et la faïence y jouent pour les yeux une symphonie muette et mystérieuse ; et de toutes choses, de tous les coins, des fissures des tiroirs et des plis des étoffes s’échappe un parfum singulier, un revenez-y de Sumatra, qui est comme l’âme de l’appartement.

Un vrai pays de Cocagne, te dis-je, où tout est riche, propre et luisant, comme une belle conscience, comme une magnifique batterie de cuisine, comme une splendide orfévrerie, comme une bijouterie bariolée ! Les trésors du monde y affluent, comme dans la maison d’un homme laborieux et qui a bien mérité du monde entier. Pays singulier, supérieur aux autres, comme l’Art l’est à la Nature, où celle-ci est réformée par le rêve, où elle est corrigée, embellie, refondue. [...]

Qu’ils cherchent, qu’ils cherchent encore, qu’ils reculent sans cesse les limites de leur bonheur, ces alchimistes de l’horticulture ! Qu’ils proposent des prix de soixante et de cent mille florins pour qui résoudra leurs ambitieux problèmes ! Moi, j’ai trouvé ma tulipe noire et mon dahlia bleu !

Fleur incomparable, tulipe retrouvée, allégorique dahlia, c’est là, n’est-ce pas, dans ce beau pays si calme et si rêveur, qu’il faudrait aller vivre et fleurir ? Ne serais-tu pas encadrée dans ton analogie, et ne pourrais-tu pas te mirer, pour parler comme les mystiques, dans ta propre correspondance ?

Des rêves ! toujours des rêves ! et plus l’âme est ambitieuse et délicate, plus les rêves l’éloignent du possible. Chaque homme porte en lui sa dose d’opium naturel, incessamment sécrétée et renouvelée, et, de la naissance à la mort, combien comptons-nous d’heures remplies par la jouissance positive, par l’action réussie et décidée ? Vivrons-nous jamais, passerons-nous jamais dans ce tableau qu’a peint mon esprit, ce tableau qui te ressemble ?

Ces trésors, ces meubles, ce luxe, cet ordre, ces parfums, ces fleurs miraculeuses, c’est toi. C’est encore toi, ces grands fleuves et ces canaux tranquilles. Ces énormes navires qu’ils charrient, tout chargés de richesses, et d’où montent les chants monotones de la manœuvre, ce sont mes pensées qui dorment ou qui roulent sur ton sein. Tu les conduis doucement vers la mer qui est l’Infini, tout en réfléchissant les profondeurs du ciel dans la limpidité de ta belle âme ; — et quand, fatigués par la houle et gorgés des produits de l’Orient, ils rentrent au port natal, ce sont encore mes pensées enrichies qui reviennent de l’infini vers toi.

C. Baudelaire, "L'Invitation au voyage", Le Spleen de Paris, 1869.

Observation

1. Comment qualifierez-vous les couleurs de ce tableau ?

2. Montrez la sensualité du clair-obscur élaboré par le peintre.

3. Commentez l'attitude de la femme. Quelle est la fonction de l'oiseau ?

E. Delacroix, Femme caressant un perroquet, 1827.

Seance 06

Correspondances

Cette séance est consacrée à l'étude d'un sonnet des Fleurs du mal

Notion

Le sonnet

Recherche

Proposez une étude du poème en vous appuyant sur le parcours de lecture suivant

  • L'harmonie et l'unité du monde sensible
  • La poésie, une voie d'accès à l'Idéal

Pistes

Notion

Le symbolisme

Seance 07

Parcours de lectures

Cette séance est consacrée à la présentation de groupements de poèmes

Recherche

Choisissez trois ou quatre poèmes liés par une thématique commune, et préparez une question de corpus sur le groupement ainsi constitué. Vous rédigerez une réponse complète à la question que vous proposerez par rapport à votre corpus.

Quelques suggestions de groupements :

  • La femme : Le Flambeau vivant (p. 91), Le Beau Navire (p. 100), L'Invitation au voyage (p. 101)
  • Le parfum : Correspondances (p. 55), La Chevelure (p. 72), Le Parfum (p. 86-87)
  • L'exotisme : Parfum exotique (p. 71), La Chevelure (p. 72), Moesta et errabunda (p. 113)
  • Le spleen : Spleen LXXV, LXXVI, LXXVII et LVXXIII (p. 122 à 124)
  • Le lyrisme amoureux : Le Balcon (p. 84-85), Harmonie du soir (p. 95), L'Invitation au voyage (p. 101-102)
  • La fuite du temps : L'Ennemi (p. 61), Remords posthume (p. 82), L'Horloge (p. 130-131)
  • la déchéance physique : "J'aime le souvenir de ces époques nues" (p. 56), "Une nuit que j'étais près d'une affreuse Juive" (p. 81), Réversibilité (p. 92-93).
  • le romantisme noir : Le Vampire (p. 80-81), Le Revenant (p. 114), Le Mort Joyeux (p. 120).

Vous pouvez évidemment choisir d'autres poèmes et composer votre propre groupement.

Pistes