Ruy Blas

Objet d'étude : Le texte théâtral et sa représentation, du XVIIème siècle à nos jours

Problématique générale : Comment ce drame romantique remet-il en question les codes de la représentation théâtrale ?

Support : Victor Hugo, Ruy Blas, coll. Livre de Poche, éd. LGF

Mise en place

L'univers de Ruy Blas

Cette séance est destinée à orgniser les exposés des élèves

Sujets

Ci-dessous une liste d'exposés :

  • une brève biographie de Victor Hugo
  • le drame romantique
  • l'Espagne de Charles II
  • le mélodrame
  • le picaresque
  • le sublime
  • le romantisme
  • Hugo et la politique

Pistes

Séance 01

Scénographies de Ruy Blas

Cette séance est consacrée à l'étude de plusieurs scénographies

Observation

Mise en scène de Georges Wilson, Théâtre des Bouffes du Nord, 1992 Mise en scène de Daniel Mesguich, Théâtre de l'Entretien, 2007 Mise en scène de Christian Schiaretti, Théâtre national populaire de Villeurbanne, 2011

Prolongement

Entretien avec Ezio Toffolutti, scénographe et costumier

On est frappé à la lecture de Ruy Blas par l'importance et la précision des indications scénographiques que donne Victor Hugo. Ces indications sont-elles une aide ou une contrainte pour le décorateur qui aborde la pièce ? Hugo a effectivement pris le soin de détailler très méticuleusement le décor et les costumes et, pour le décorateur, la tâche n'est pas facile. On est loin de l'univers shakespearien qui laisse toujours une large place à la poésie, à l'imagination, ce qui permet une grande liberté de suggestion. La précision dont Hugo fait preuve atteste de l'importance qu'il accordait aux éléments visuels, surtout pour des raisons dramaturgiques. [...]

Je me suis largement inspiré des fonds de tableaux de Velazquez et Carvaggio et des dessins de Victor Hugo qui avait lui-même conçu les décors à la création de l' oeuvre. Ruy Blas est une pièce située uniquement en intérieurs, dans un univers clos, qui peut devenir étouffant et oppressant. Il y entre très peu de lumière et peu d'éléments extérieurs et j'ai beaucoup travaillé sur la matière pour restituer cette atmosphère. L'espace choisi donne cette impression de claustrophobie plus ou moins accentuée selon les moments de l'action.

C'est également une pièce sur le pouvoir, sur la manipulation, sur des forces qui écrasent l'homme et l'empêchent de vivre. J'ai cherché à concrétiser cette réflexion sur le pouvoir par des moyens visuels : le décor, même s'il présente une unité, est donc très mobile : des portes et des fenêtres s'ouvrent, des murs bougent suggérant des perpectives et des tensions. Le décor accompagne constamment les personnages ; il est comme un paysage qui évoquerait leur évolution, leurs conflits et leur souffrance.

Ezio Toffolutti, Propos recueillis le 12 octobre 2001, extraits du programme de Ruy Blas à la comédie-Française (2001).

Propos sur Ruy Blas, par Brigitte Jaques-Wajeman

La pièce m'est apparue comme un immense rêve. Un conte, un cauchemar. Où affleure l'inconscient. L'allusion constante aux couloirs, aux fonds, aux trappes, aux égouts, au puits - aussi sombre que les personnes - et réciproquement : un univers absolument étranger. On descend comme dans les entrailles de la terre. Aussi avais-je envie d'un décor aux murs mouvants, presque organiques - des images de gens attrapés par des chauve-souris, pris dans des filets - un monde à la Goya : une "glu hideuse", comme dit Hugo, où les gens sont saisis dans un tissu, où ils ignorent de quoi sont faits leurs songes et leurs désirs. Mais le caractère organique de ces murs dissimule une machinerie très organisée : constructions, machines, pièges, souterrains, arcanes, comme dans les gravures de Piranese. Ruy Blas est d'ailleurs une grande pièce sur l'angoisse ; ce en quoi elle est romantique. Comme lorsqu'on entend du Schumann, du Verdi, avec le pathétique qui s'y attache. Les sujets sont pris dans un destin, mais non plus au sens grec. Les gens évoluent donc dans un monde à part, et c'est de cette étrangeté que se dégage la poésie. Ce monde implique aussi qu'il y a de l'impossible à montrer : d'où la floraison d'apartés, une dialectique du dehors et du dedans, où, comme dit Ruy Blas à don César de Bazan : "Le dehors te fait peur, si tu voyais dedans !"

Brigitte Jaques-Wajeman, extraits du programme de Ruy Blas à la comédie-Française (2001).

Séance 02

"Ruy Blas, fermez la porte..."

Cette séance est consacrée à l'étude de l'exposition

Recherche

Commentez la scène d'exposition, des v. 1 à 46.

Pistes

Scène 1

DON SALLUSTE DE BAZAN, GUDIEL, par instants RUY BLAS.

DON SALLUSTE.

Ruy Blas, fermez la porte, - ouvrez cette fenêtre.

Ruy Blas obéit, puis, sur un signe de don Salluste, il sort par la porte du fond. Don Salluste va à la fenêtre.

Ils dorment encore tous ici, - le jour va naître.

Il se tourne brusquement vers Gudiel.

Ah ! C'est un coup de foudre ! ... - oui, mon règne est passé,

Gudiel ! - renvoyé, disgracié, chassé ! -

Ah ! Tout perdre en un jour ! - L'aventure est secrète

Encor, n'en parle pas. - Oui, pour une amourette,

- chose, à mon âge, sotte et folle, j'en convien ! -

Avec une suivante, une fille de rien !

Séduite, beau malheur ! parce que la donzelle

Est à la reine, et vient de Neubourg avec elle,

Que cette créature a pleuré contre moi,

Et traîné son enfant dans les chambres du roi ;

Ordre de l'épouser. Je refuse. On m'exile !

On m'exile ! Et vingt ans d'un labeur difficile,

Vingt ans d'ambition, de travaux nuit et jour ;

Le président haï des alcades de cour,

Dont nul ne prononçait le nom sans épouvante ;

Le chef de la maison de Bazan, qui s'en vante ;

Mon crédit, mon pouvoir; tout ce que je rêvais,

Tout ce que je faisais et tout ce que j'avais,

Charge, emplois, honneurs, tout en un instant s'écroule

Au milieu des éclats de rire de la foule !

GUDIEL

Nul ne le sait encor, monseigneur.

DON SALLUSTE

Mais demain !

Demain, on le saura ! - nous serons en chemin !

Je ne veux pas tomber, non, je veux disparaître !

Il déboutonne violemment son pourpoint.

- Tu m'agrafes toujours comme on agrafe un prêtre,

Tu serres mon pourpoint, et j'étouffe, mon cher ! -

Il s'assied.

Oh ! Mais je vais construire, et sans en avoir l'air,

Une sape profonde, obscure et souterraine !

- Chassé ! -

Il se lève.

GUDIEL.

D'où vient le coup, monseigneur ?

DON SALLUSTE.

De la reine.

Oh ! Je me vengerai, Gudiel ! Tu m'entends ?

Toi dont je suis l'élève, et qui depuis vingt ans

M'as aidé, m'as servi dans les choses passées,

Tu sais bien jusqu'où vont dans l'ombre mes pensées,

Comme un bon architecte, au coup d'œil exercé,

Connaît la profondeur du puits qu'il a creusé.

Je pars. Je vais aller à Finlas, en Castille,

Dans mes États, - et là, songer ! - pour une fille !

- Toi, règle le départ, car nous sommes pressés.

Moi, je vais dire un mot au drôle que tu sais.

À tout hasard. Peut-il me servir ? Je l'ignore.

Ici jusqu'à ce soir je suis le maître encore.

Je me vengerai, va ! Comment ? Je ne sais pas ;

Mais je veux que ce soit effrayant ! - de ce pas

Va faire nos apprêts, et hâte-toi. - Silence !

Tu pars avec moi. Va.

Gudiel salue et sort.

DON SALLUSTE, appellant

- Ruy Blas !

RUY BLAS, se présentant à la porte du fond.

Votre Excellence ?

V. Hugo, Ruy Blas, 1838.

Seance 03

Un drame en Espagne

Cette séance est consacrée à l'étude de la théorie romantique du drame : la couleur locale

Observation

Dans le tableau Les Ménines :

a. Quel est le sujet de cette toile ?

b. Comment la cour espagnole est-elle représentée dans cette toile ?

c. Où est le tableau ?

d. Comment le peintre est-il représenté ?

Pistes

D. Velasquez, Les Ménines, 318×276cm, 1656.

Recherche

Quelle vision du théâtre est proposée dans ce texte de préface ?

Pistes

Notes

1. Péristyle : galerie ornée de colonnes.

2. "Chantons en chants alternés ; les Muses aiment l'alternance." (Virgile, Les Géorgiques)

3. Melpomène : Muse de la tragédie.

Ce qu'il y a d'étrange, c'est que les routiniers prétendent appuyer leur règle des deux unités sur la vraisemblance, tandis que c'est précisément le réel qui la tue. Quoi de plus invraisemblable et de plus absurde en effet que ce vestibule, ce péristyle1, cette antichambre, lieu banal où nos tragédies ont la complaisance de venir se dérouler, où arrivent, on ne sait comment, les conspirateurs pour déclamer contre le tyran, le tyran pour déclamer contre les conspirateurs, chacun à leur tour, comme s'ils s'étaient dit bucoliquement :

Alternis cantemus ; amant alterna Camenae2.

Où a-t-on vu vestibule ou péristyle de cette sorte ? Quoi de plus contraire, nous ne dirons pas à la vérité, les scolastiques en font bon marché, mais à la vraisemblance ? Il résulte de là que tout ce qui est trop caractéristique, trop intime, trop local, pour se passer dans l'antichambre ou dans le carrefour, c'est-à-dire tout le drame, se passe dans la coulisse. Nous ne voyons en quelque sorte sur le théâtre que les coudes de l'action ; ses mains sont ailleurs. Au lieu de scènes, nous avons des récits ; au lieu de tableaux, des descriptions. De graves personnages placés, comme le chœur antique, entre le drame et nous, viennent nous raconter ce qui se fait dans le temple, dans le palais, dans la place publique, de façon que souventes fois nous sommes tentés de leur crier : " Vraiment ! mais conduisez-nous donc là-bas ! On s'y doit bien amuser, cela doit être beau à voir ! " A quoi ils répondraient sans doute : " Il serait possible que cela vous amusât ou vous intéressât, mais ce n'est point là la question ; nous sommes les gardiens de la dignité de la Melpomène3 française. " Voilà ! [...]

On commence à comprendre de nos jours que la localité exacte est un des premiers éléments de la réalité. Les personnages parlants ou agissants ne sont pas les seuls qui gravent dans l'esprit du spectateur la fidèle empreinte des faits. Le lieu où telle catastrophe s'est passée en devient un témoin terrible et inséparable ; et l'absence de cette sorte de personnage muet décomplèterait dans le drame les plus grandes scènes de l'histoire. Le poëte oserait-il assassiner Rizzio ailleurs que dans la chambre de Marie Stuart ? poignarder Henri IV ailleurs que dans cette rue de la Ferronnerie, toute obstruée de haquets et de voitures ? brûler Jeanne d'Arc autre part que dans le Vieux-Marché ? dépêcher le duc de Guise autre part que dans ce château de Blois où son ambition fait fermenter une assemblée populaire ? décapiter Charles 1er et Louis XVI ailleurs que dans ces places sinistres d'où l'on peut voir White-Hall et les Tuileries, comme si leur échafaud servait de pendant à leur palais ?

L'unité de temps n'est pas plus solide que l'unité de lieu. L'action, encadrée de force dans les vingt-quatre heures, est aussi ridicule qu'encadrée dans le vestibule. Toute action a sa durée propre comme son lieu particulier. Verser la même dose de temps à tous les événements ! appliquer la même mesure sur tout ! On rirait d'un cordonnier qui voudrait mettre le même soulier à tous les pieds. Croiser l'unité de temps à l'unité de lieu comme les barreaux d'une cage, et y faire pédantesquement entrer, de par Aristote, tous ces faits, tous ces peuples, toutes ces figures que la providence déroule à si grandes masses dans la réalité ! c'est mutiler hommes et choses, c'est faire grimacer l'histoire. Disons mieux : tout cela mourra dans l'opération ; et c'est ainsi que les mutilateurs dogmatiques arrivent a leur résultat ordinaire : ce qui était vivant dans la chronique est mort dans la tragédie. Voilà pourquoi, bien souvent, la cage des unités ne renferme qu'un squelette.

V. Hugo, préface de Cromwell, 1827.

Seance 04

Maître et serviteur

Cette séance est consacrée à l'étude d'un motif dramatique.

Analyse

Comment les relations entre maître et serviteur sont-elles représentées dans ces extraits ?

Pistes

Molière, Dom Juan

Au début de cette comédie, Dom Juan, un grand seigneur libertin, explique à son valet ce qui l'a conduit dans cette ville.

Sganarelle

Mais, Monsieur, cela serait-il de la permission que vous m'avez donnée, si je vous disais que je suis tant soit peu scandalisé de la vie que vous menez ?

Dom Juan

Comment ? quelle vie est-ce que je mène ?

Sganarelle

Fort bonne. Mais, par exemple, de vous voir tous les mois vous marier comme vous faites...

Dom Juan

Y a-t-il rien de plus agréable ?

Sganarelle

Il est vrai, je conçois que cela est fort agréable et fort divertissant, et je m'en accommoderais assez, moi, s'il n'y avait point de mal ; mais, Monsieur, se jouer ainsi d'un mystère sacré, et...

Dom Juan

Va, va, c'est une affaire entre le Ciel et moi, et nous la démêlerons bien ensemble, sans que tu t'en mettes en peine.

Sganarelle

Ma foi ! Monsieur, j'ai toujours ouï dire que c'est une méchante raillerie que de se railler du Ciel, et que les libertins ne font jamais une bonne fin.

Dom Juan

Holà ! maître sot, vous savez que je vous ai dit que je n'aime pas les faiseurs de remontrances.

Sganarelle

Je ne parle pas aussi à vous, Dieu m'en garde. Vous savez ce que vous faites, vous ; et si vous ne croyez rien, vous avez vos raisons ; mais il y a de certains petits impertinents dans le monde, qui sont libertins sans savoir pourquoi, qui font les esprits forts, parce qu'ils croient que cela leur sied bien ; et si j'avais un maître comme cela, je lui dirais fort nettement, le regardant en face : « Osez-vous bien ainsi vous jouer au Ciel, et ne tremblez-vous point de vous moquer comme vous faites des choses les plus saintes ? C'est bien à vous, petit ver de terre, petit mirmidon que vous êtes (je parle au maître que j'ai dit), c'est bien à vous à vouloir vous mêler de tourner en raillerie ce que tous les hommes révèrent ? Pensez-vous que pour être de qualité, pour avoir une perruque blonde et bien frisée, des plumes à votre chapeau, un habit bien doré, et des rubans couleur de feu (ce n'est pas à vous que je parle, c'est à l'autre), pensez-vous, dis-je, que vous en soyez plus habile homme, que tout vous soit permis, et qu'on n'ose vous dire vos vérités ? Apprenez de moi, qui suis votre valet, que le Ciel punit tôt ou tard les impies, qu'une méchante vie amène une méchante mort, et que... »

Dom Juan

Paix !

Sganarelle

De quoi est-il question ?

Dom Juan

Il est question de te dire qu'une beauté me tient au cœur, et qu'entraîné par ses appas, je l'ai suivie jusques en cette ville.

Molière, Dom Juan, I, 2, 1665

Beaumarchais, Le Mariage de Figaro

Le Mariage de Figaro est une comédie longtemps interdite de représentation. Après avoir aidé son maître, le Comte Almaviva, à épouser la femme qu'il aimait dans Le barbier de Séville, Figaro se prépare à se marier à son tour. Mais son maître, lassé de son épouse, veut jouir en premier des faveurs de la jeune épousée. Figaro croit que sa femme et le Comte ont rendez-vous.

Figaro, seul, se promenant dans l'obscurité, dit du ton le plus sombre :

Ô femme ! femme ! femme ! créature faible et décevante ! ... nul animal créé ne peut manquer à son instinct : le tien est-il donc de tromper ? ... Après m'avoir obstinément refusé quand je l'en pressais devant sa maîtresse ; à l'instant qu'elle me donne sa parole, au milieu même de la cérémonie... Il riait en lisant, le perfide ! et moi comme un benêt... Non, monsieur le Comte, vous ne l'aurez pas... vous ne l'aurez pas. Parce que vous êtes un grand seigneur, vous vous croyez un grand génie ! ... Noblesse, fortune, un rang, des places, tout cela rend si fier ! Qu'avez-vous fait pour tant de biens ? Vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus. Du reste, homme assez ordinaire ; tandis que moi, morbleu ! perdu dans la foule obscure, il m'a fallu déployer plus de science et de calculs pour subsister seulement, qu'on n'en a mis depuis cent ans à gouverner toutes les Espagnes : et vous voulez jouter... On vient... c'est elle... ce n'est personne. – La nuit est noire en diable, et me voilà faisant le sot métier de mari quoique je ne le sois qu'à moitié ! (Il s'assied sur un banc.) Est-il rien de plus bizarre que ma destinée ? [...]Fils de je ne sais pas qui, volé par des bandits, élevé dans leurs mœurs, je m'en dégoûte et veux courir une carrière honnête ; et partout je suis repoussé ! J'apprends la chimie, la pharmacie, la chirurgie, et tout le crédit d'un grand seigneur peut à peine me mettre à la main une lancette vétérinaire ! – Las d'attrister des bêtes malades, et pour faire un métier contraire, je me jette à corps perdu dans le théâtre : me fussé-je mis une pierre au cou ! Je broche une comédie dans les mœurs du sérail. Auteur espagnol, je crois pouvoir y fronder Mahomet sans scrupule : à l'instant un envoyé... de je ne sais où se plaint que j'offense dans mes vers la Sublime-Porte, la Perse, une partie de la presqu'île de l'Inde, toute l'Egypte, les royaumes de Barca, de Tripoli, de Tunis, d'Alger et de Maroc : et voilà ma comédie flambée, pour plaire aux princes mahométans, dont pas un, je crois, ne sait lire, et qui nous meurtrissent l'omoplate, en nous disant : chiens de chrétiens ! – Ne pouvant avilir l'esprit, on se venge en le maltraitant. – Mes joues creusaient, mon terme était échu : je voyais de loin arriver l'affreux recors, la plume fichée dans sa perruque : en frémissant je m'évertue. Il s'élève une question sur la nature des richesses ; et, comme il n'est pas nécessaire de tenir les choses pour en raisonner, n'ayant pas un sol, j'écris sur la valeur de l'argent et sur son produit net : sitôt je vois du fond d'un fiacre baisser pour moi le pont d'un château-fort, à l'entrée duquel je laissai l'espérance et la liberté. (Il se lève.) Que je voudrais bien tenir un de ces puissants de quatre jours, si légers sur le mal qu'ils ordonnent, quand une bonne disgrâce a cuvé son orgueil ! Je lui dirais... que les sottises imprimées n'ont d'importance qu'aux lieux où l'on en gêne le cours ; que sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur ; et qu'il n'y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits. (Il se rassied.) Las de nourrir un obscur pensionnaire, on me met un jour dans la rue ; et comme il faut dîner, quoiqu'on ne soit plus en prison, je taille encore ma plume et demande à chacun de quoi il est question : on me dit que, pendant ma retraite économique, il s'est établi dans Madrid un système de liberté sur la vente des productions, qui s'étend même à celles de la presse ; et que, pourvu que je ne parle en mes écrits ni de l'autorité, ni du culte, ni de la politique, ni dé la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de l'Opéra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne à quelque chose, je puis tout imprimer librement, sous l'inspection de deux ou trois censeurs. Pour profiter de cette douce liberté, j'annonce un écrit périodique, et, croyant n'aller sur les brisées d'aucun autre, je le nomme Journal inutile. Pou-ou ! je vois s'élever contre moi mille pauvres diables à la feuille, on me supprime, et me voilà derechef sans emploi ! – Le désespoir m'allait saisir ; on pense à moi pour une place, mais par malheur j'y étais propre : il fallait un calculateur, ce fut un danseur qui l'obtint. Il ne me restait plus qu'à voler ; je me fais banquier de pharaon : alors, bonnes gens ! je soupe en ville, et les personnes dites comme il faut m'ouvrent poliment leur maison, en retenant pour elles les trois quarts du profit. J'aurais bien pu me remonter ; je commençais même à comprendre que, pour gagner du bien, le savoir-faire vaut mieux que le savoir. Mais comme chacun pillait autour de moi, en exigeant que je fusse honnête, il fallut bien périr encore. Pour le coup je quittais le monde, et vingt brasses d'eau m'en allaient séparer, lorsqu'un dieu bienfaisant m'appelle à mon premier état. Je reprends ma trousse et mon cuir anglais ; puis, laissant la fumée aux sots qui s'en nourrissent, et la honte au milieu du chemin, comme trop lourde à un piéton, je vais rasant de ville en ville, et je vis enfin sans souci. Un grand seigneur passe à Séville ; il me reconnaît, je le marie ; et pour prix d'avoir eu par mes soins son épouse, il veut intercepter la mienne ! Intrigue, orage à ce sujet. Prêt à tomber dans un abîme, au moment d'épouser ma mère, mes parents m'arrivent à la file. (Il se lève en s'échauffant.) On se débat, c'est vous, c'est lui, c'est moi, c'est toi, non, ce n'est pas nous ; eh ! mais qui donc ? (Il retombe assis,) Ô bizarre suite d'événements ! Comment cela m'est-il arrivé ? Pourquoi ces choses et non pas d'autres ? Qui les a fixées sur ma tête ? Forcé de parcourir la route où je suis entré sans le savoir, comme j'en sortirai sans le vouloir, je l'ai jonchée d'autant de fleurs que ma gaieté me l'a permis : encore je dis ma gaieté sans savoir si elle est à moi plus que le reste, ni même quel est ce moi dont je m'occupe : un assemblage informe de parties inconnues ; puis un chétif être imbécile ; un petit animal folâtre ; un jeune homme ardent au plaisir, ayant tous les goûts pour jouir, faisant tous les métiers pour vivre ; maître ici, valet là, selon qu'il plaît à la fortune ; ambitieux par vanité, laborieux par nécessité, mais paresseux... avec délices ! orateur selon le danger ; poète par délassement ; musicien par occasion ; amoureux par folles bouffées, j'ai tout vu, tout fait, tout usé. Puis l'illusion s'est détruite et, trop désabusé... Désabusé... ! Suzon, Suzon, Suzon ! que tu me donnes de tourments ! ... J'entends marcher... on vient. Voici l'instant de la crise. (Il se retire près de la première coulisse à sa droite.)

Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, IV, 3, 1780

V. Hugo, Ruy Blas

Dans ce drame romantique, Ruy Blas est un laquais. Son maître en disgrâce l'a fait passer pour un noble avant de disparaître en exil. Il s'est peu à peu hissé aux plus hautes fonctions avec succès et dirige désormais l'Espagne. Il aime en secret la Reine et en est aimé.

Don Salluste

Eh bien ! Comment cela va-t-il ?

Ruy Blas, l'oeil fixé sur don Salluste impassible, et comme pouvant à peine rassembler ses idées.

Cette livrée ? ...

Don Salluste, souriant toujours.

Il fallait du palais me procurer l'entrée.

Avec cet habit-là l'on arrive partout.

J'ai pris votre livrée et la trouve à mon goût.

Il se couvre. Ruy Blas reste tête nue.

Ruy Blas

Mais j'ai peur pour vous...

Don Salluste

Peur ! Quel est ce mot risible ?

Ruy Blas

Vous êtes exilé !

Don Salluste

Croyez-vous ? C'est possible.

Ruy Blas

Si l'on vous reconnaît, au palais, en plein jour ?

Don Salluste

Ah bah ! Des gens heureux, qui sont des gens de cour,

Iraient perdre leur temps, ce temps qui sitôt passe,

À se ressouvenir d'un visage en disgrâce !

D'ailleurs, regarde-t-on le profil d'un valet ?

Il s'assied dans un fauteuil, et Ruy Blas reste debout.

À propos, que dit-on à Madrid, s'il vous plaît ?

Est-il vrai que, brûlant d'un zèle hyperbolique,

Ici, pour les beaux yeux de la caisse publique,

Vous exilez ce cher Priego, l'un des grands ?

Vous avez oublié que vous êtes parents.

Sa mère est Sandoval, la vôtre aussi. Que diable !

Sandoval porte d'or à la bande de sable.

Regardez vos blasons, don César. C'est fort clair.

Cela ne se fait pas entre parents, mon cher.

Les loups pour nuire aux loups font-ils les bons apôtres ?

Ouvrez les yeux pour vous, fermez-les pour les autres.

Chacun pour soi.

Ruy Blas, se rassurant un peu.

Pourtant, monsieur, permettez-moi,

Monsieur De Priego, comme noble du roi,

A grand tort d'aggraver les charges de l'Espagne.

Or, il va falloir mettre une armée en campagne ;

Nous n'avons pas d'argent, et pourtant il le faut.

L'héritier bavarois penche à mourir bientôt.

Hier, le comte d'Harrach, que vous devez connaître,

Me le disait au nom de l'empereur son maître.

Si monsieur l'archiduc veut soutenir son droit,

La guerre éclatera...

Don Salluste

L'air me semble un peu froid.

Faites-moi le plaisir de fermer la croisée.

Ruy Blas, pâle de honte et de désespoir, hésite un moment ; puis il fait un effort et se dirige lentement vers la fenêtre, la ferme, et revient vers don Salluste, qui, assis dans le fauteuil, le suit des yeux d'un air indifférent.

Ruy Blas, reprenant et essayant de convaincre don Salluste.

Daignez voir à quel point la guerre est malaisée.

Que faire sans argent ? Excellence, écoutez.

Le salut de l'Espagne est dans nos probités.

Pour moi, j'ai, comme si notre armée était prête,

Fait dire à l'empereur que je lui tiendrais tête...

Don Salluste,
interrompant Ruy Blas et lui montrant son mouchoir qu'il a laissé tomber en entrant.

Pardon ! Ramassez-moi mon mouchoir.

Ruy Blas, comme à la torture, hésite encore, puis se baisse, ramasse le mouchoir, et le présente à don Salluste.

Don Salluste, mettant le mouchoir dans sa poche.

Vous disiez ? ...

V. Hugo, Ruy Blas, III, 5, 1838

J. Genet, Les Bonnes

Dans ce drame, deux soeurs employées comme domestiques mettent sans cesse en scène leur relation avec "Madame".

Claire. - Commence les insultes.

Solange. - Vous êtes belle.

Claire. - Passons. Passons le prélude. Aux insultes.

Solange. - Vous m'éblouissez. Je ne pourrais jamais.

Claire. - J'ai dis les insultes. Vous n'espérez pas m'avoir fait revêtir cette robe pour m'entendre chanter ma beauté. Couvrez-moi de haine ! D'insultes ! De crachats !

Solange. - Aidez-moi.

Claire. - Je hais les domestiques. J'en hais l'espèce odieuse et vile. Les domestiques n'appartiennent pas à l'humanité. Ils coulent. Ils sont une exhalaison qui traîne dans nos chambres, dans nos corridors, qui nous pénètre, nous entre par la bouche, qui nous corrompt. Moi je vous vomis. (Mouvement de Solange pour aller à la fenêtre) Reste ici.

Solange. - Je monte, je monte...

Claire, parlant toujours des domestiques. - Je sais qu'il en faut comme il faut des fossoyeurs, des vidangeurs, des policiers. N'empêche que tout ce beau monde est fétide.

Solange. - Continuez. Continuez.

Claire. - Vos gueules d'épouvantes et de remords, vos coudes plissés, vos cordages démodés, vos corps pour porter nos défroques. Vous êtes nos miroirs déformants, notre soupape, notre honte, notre lie.

Solange. - Continuez. Continuez.

Claire. - Je suis au bord, presse-toi, je t'en prie. Vous êtes... Vous êtes... Mon Dieu, je suis vide, je ne trouve plus. Je suis à bout d'insultes. Claire, vous m'épuisez !

Solange. - Laissez-moi sortir. Nous allons parler au monde. Qu'il se mette aux fenêtres pour nous voir, il faut qu'il nous écoute.

Elle ouvre la fenêtre, mais Claire la tire dans la chambre.

Claire. - Les gens d'en face vont nous voir.

Solange, déjà sur le balcon. - J'espère bien. Il fait bon. Le vent m'exalte.

Claire. - Solange ! Solange ! Reste avec moi, rentre !

Solange. - Je suis au niveau. Madame avait pour elle son chant de tourterelle, ses amants, son laitier.

Claire. - Solange...

Solange. - Silence ! Son laitier matinal, son messager de l'aube, son tocsin délicieux, son maître pâle et charmant, c'est fini. En place pour le bal.

Claire. - Qu'est-ce tu fais ?

Solange, solenelle. - J'en interromps le cours. À genoux !

Claire. - Tu vas trop loin !

Solange. - À genoux ! puisque je sais à quoi je suis destinée.

Claire. - Vous me tuez.

Solange, allant sur elle. - Je l'espère bien.

J. Genet, Les Bonnes, extrait, 1947.

Observation

Mise en scène de Georges Wilson, Théâtre des Bouffes du Nord, 1992 Mise en scène de Daniel Mesguich, Théâtre de l'Entretien, 2007

Séance 05

Ruy Blas : un personnage romantique

Cette séance est consacrée à l'étude des oppositions dans la pièce

Recherche

Comparez III, 1 à 4 d'une part et III, 5 d'autre part.

Commentez ce vers : "J'étais tourné vers l'ange et le démon venait."

En quoi Ruy Blas est-il un personnage complexe ?

Pistes

Prolongement

Une dramaturgie des contrastes

Du jour où le christianisme a dit à l'homme : " Tu es double, tu es composé de deux êtres, l'un périssable, l'autre immortel, l'un charnel, l'autre éthéré, l'un enchaîné par les appétits, les besoins et les passions, l'autre emporté sur les ailes de l'enthousiasme et de la rêverie, celui-ci enfin toujours courbé vers la terre, sa mère, celui-là sans cesse élancé vers le ciel, sa patrie " ; de ce jour le drame a été créé. Est-ce autre chose en effet que ce contraste de tous les jours, que cette lutte de tous les instants entre deux principes opposés qui sont toujours en présence dans la vie, et qui se disputent l'homme depuis le berceau jusqu'à la tombe ?

La poésie née du christianisme, la poésie de notre temps est donc le drame ; le caractère du drame est le réel ; le réel résulte de la combinaison toute naturelle de deux types, le sublime et le grotesque, qui se croisent dans le drame, comme ils se croisent dans la vie et dans la création. Car la poésie vraie, la poésie complète, est dans l'harmonie des contraires. Puis, il est temps de le dire hautement, et c'est ici surtout que les exceptions confirmeraient la règle, tout ce qui est dans la nature est dans l'art. [...]

D'autres, ce nous semble, l'ont déjà dit : le drame est un miroir où se réfléchit la nature. Mais si ce miroir est un miroir ordinaire, une surface plane et unie, il ne renverra des objets qu'une image terne et sans relief, fidèle, mais décolorée ; on sait ce que la couleur et la lumière perdent à la réflexion simple. Il faut donc que le drame soit un miroir de concentration qui, loin de les affaiblir, ramasse et condense les rayons colorants, qui fasse d'une lueur une lumière, d'une lumière une flamme.

V. Hugo, préface de Cromwell, 1827.

Séance 06

Le désordre de la destinée

Cette séance est consacrée à l'étude d'un intermède comique dans le progrès de l'action tragique

Observation

Mise en scène de Georges Wilson, Théâtre des Bouffes du Nord, 1992 Mise en scène de Daniel Mesguich, Théâtre de l'Entretien, 2007 Mise en scène de Christian Schiaretti, Théâtre national populaire de Villeurbanne, 2011

Recherche

Etudiez l'extrait proposé en vous appuyant sur les axes suivants :

1. Comment ce monologue met-il en scène le roman d'un personnage picaresque ?

2. En quoi cette scène repose-t-elle sur un parti-pris en faveur du grotesque ?

3. Dans quelle mesure ce passage interrompt-il l'action du drame ?

Pistes

Don César. Effaré, essoufflé, décoiffé, étourdi, avec une expression joyeuse et inquiète en même temps.

Tant pis ! C'est moi !

Il se relève en se frottant la jambe sur laquelle il est tombé, et s'avance dans la chambre avec force révérences et chapeau bas.

Pardon ! Ne faites pas attention, je passe.

Vous parliez entre vous. Continuez, de grâce.

J'entre un peu brusquement, messieurs, j'en suis fâché !

Il s'arrête au milieu de la chambre et s'aperçoit qu'il est seul.

– Personne ! – Sur le toit tout à l'heure perché,

J'ai cru pourtant ouïr un bruit de voix. – personne !

S'asseyant dans un fauteuil.

Fort bien. Recueillons-nous. La solitude est bonne.

– Ouf ! Que d'événements ! – j'en suis émerveillé

Comme l'eau qu'il secoue aveugle un chien mouillé.

Primo, ces alguazils qui m'ont pris dans leurs serres ;

Puis cet embarquement absurde ; ces corsaires ;

Et cette grosse ville où l'on m'a tant battu ;

Et les tentations faites sur ma vertu

Par cette femme jaune ; et mon départ du bagne ;

Mes voyages ; enfin, mon retour en Espagne !

Puis, quel roman ! Le jour où j'arrive, c'est fort,

Ces mêmes alguazils rencontrés tout d'abord !

Leur poursuite enragée et ma fuite éperdue ;

Je saute un mur ; j'avise une maison perdue

Dans les arbres, j'y cours ; personne ne me voit ;

Je grimpe allègrement du hangar sur le toit ;

Enfin, je m'introduis dans le sein des familles

Par une cheminée où je mets en guenilles

Mon manteau le plus neuf qui sur mes chausses pend ! ...

– Pardieu ! Monsieur Salluste est un grand sacripant !

Se regardant dans une petite glace de Venise posée sur le grand coffre à tiroirs sculptés.

– Mon pourpoint m'a suivi dans mes malheurs. Il lutte.

Il ôte son manteau et mire dans la glace son pourpoint de satin rose usé, déchiré et rapiécé ; puis il porte vivement la main à sa jambe avec un coup d'oeil vers la cheminée.

Mais ma jambe a souffert diablement dans ma chute !

Il ouvre les tiroirs du coffre. Dans l'un d'entre eux il trouve un manteau de velours vert clair, brodé d'or, le manteau donné par don Salluste à Ruy Blas. Il examine le manteau et le compare au sien.

– Ce manteau me paraît plus décent que le mien.

Il jette le manteau vert sur ses épaules et met le sien à la place dans le coffre, après l'avoir soigneusement plié ; il y ajoute son chapeau , qu'il enfonce sous le manteau d'un coup de poing ; puis il referme le tiroir. Il se promène fièrement, drapé dans le beau manteau brodé d'or.

C'est égal, me voilà revenu. Tout va bien.

Ah ! mon très cher cousin, vous voulez que j'émigre

Dans cette Afrique où l'homme est la souris du tigre !

Mais je vais me venger de vous, cousin damné,

Épouvantablement, quand j'aurai déjeuné.

J'irai, sous mon vrai nom, chez vous, traînant ma queue

D'affreux vauriens sentant le gibet d'une lieue

Et je vous livrerai vivant aux appétits

De tous mes créanciers – suivis de leurs petits.

Il aperçoit dans un coin une magnifique paire de bottines à canons de dentelles. Il jette lestement ses vieux souliers, et chausse sans façon les bottines neuves.

Voyons d'abord où m'ont jeté ses perfidies.

Après avoir examiné la chambre de tous les côtés.

Maison mystérieuse et propre aux tragédies.

Portes closes, volets barrés, un vrai cachot.

Dans ce charmant logis on entre par en haut,

Juste comme le vin entre dans les bouteilles.

Avec un soupir.

C'est bien bon, du bon vin ! –

Il aperçoit la petite porte à droite, l'ouvre, s'introduit vivement dans le cabinet avec lequel elle communique, puis rentre avec des gestes d'étonnement.

Merveille des merveilles !

Cabinet sans issue où tout est clos aussi !

Il va à la porte du fond, l'entr'ouvre, et regarde au dehors ; puis il la laisse retomber et revient sur le devant.

Personne ! – où diable suis-je ? – au fait j'ai réussi

À fuir les alguazils. Que m'importe le reste ?

Vais-je pas m'effarer et prendre un air funeste

Pour n'avoir jamais vu de maison faite ainsi ?

Il se rassied sur le fauteuil, bâille, puis se relève presque aussitôt.

Ah çà, mais– je m'ennuie horriblement ici !

Avisant une petite armoire dans le mur, à gauche, qui fait le coin en pan coupé.

Voyons, ceci m'a l'air d'une bibliothèque.

Il y va et l'ouvre. C'est un garde-manger bien garni.

Justement. – un pâté, du vin, une pastèque.

C'est un en-cas complet. Six flacons bien rangés !

Diable ! Sur ce logis j'avais des préjugés.

Examinant les flacons l'un après l'autre.

C'est d'un bon choix. – allons ! L'armoire est honorable.

Il va chercher dans un coin la petite table ronde, l'apporte sur le devant et la charge joyeusement de tout ce que contient le garde-manger, bouteilles, plats, etc. ; il ajoute un verre, une assiette, une fourchette, etc. – puis il prend une des bouteilles.

Lisons d'abord ceci.

Il emplit le verre, et boit d'un trait.

C'est une oeuvre admirable

De ce fameux poëte appelé le soleil !

Xérès-des-chevaliers n'a rien de plus vermeil.

Il s'assied, se verse un second verre et boit.

Quel livre vaut cela ? Trouvez-moi quelque chose

De plus spiritueux !

Il boit.

Ah Dieu, cela repose !

Mangeons.

Il entame le pâté.

Chiens d'alguazils ! Je les ai déroutés.

Ils ont perdu ma trace.

Il mange.

Oh ! Le roi des pâtés !

Quant au maître du lieu, s'il survient... –

Il va au buffet et en rapporte un verre et un couvert qu'il pose sur la table.

Je l'invite.

Pourvu qu'il n'aille pas me chasser ! Mangeons vite.

Il met les morceaux doubles.

Mon dîner fait, j'irai visiter la maison.

Mais qui peut l'habiter ? Peut-être un bon garçon.

Ceci peut ne cacher qu'une intrigue de femme.

Bah ! Quel mal fais-je ici ? Qu'est-ce que je réclame ?

Rien, – L'hospitalité de ce digne mortel,

À la manière antique,

Il s'agenouille à demi et entoure la table de ses bras.

En embrassant l'autel.

Il boit.

D'abord, ceci n'est point le vin d'un méchant homme.

Et puis, c'est convenu, si l'on vient, je me nomme.

Ah ! Vous endiablerez, mon vieux cousin maudit !

Quoi, ce bohémien ? Ce galeux ? Ce bandit ?

Ce Zafari ? Ce gueux ? Ce va-nu-pieds ? ... – Tout juste !

Don César De Bazan, cousin de don Salluste !

Oh ! La bonne surprise ! Et dans Madrid quel bruit !

Quand est-il revenu ? Ce matin ? Cette nuit ?

Quel tumulte partout en voyant cette bombe,

Ce grand nom oublié qui tout à coup retombe !

Don César De Bazan ! Oui, messieurs, s'il vous plaît !

Personne n'y pensait, personne n'en parlait,

Il n'était donc pas mort ? Il vit, messieurs, mesdames !

Les hommes diront : Diable ! – Oui-dà ! diront les femmes.

Doux bruit qui vous reçoit rentrant dans vos foyers,

Mêlé de l'aboiement de trois cents créanciers !

Quel beau rôle à jouer ! – hélas ! L'argent me manque.

Bruit à la porte.

On vient ! – sans doute on va comme un vil saltimbanque

M'expulser. – C'est égal, ne fais rien à demi,

César !

Il s'enveloppe de son manteau jusqu'aux yeux. La porte du fond s'ouvre. Entre un laquais en livrée portant sur son dos une grosse sacoche.

V. Hugo, Ruy Blas, 1838.

Seance 07

Quand l'habit fait le moine

Cette séance est consacrée à l'étude des costumes dans la pièce.

Recherche

1. Quel est le rôle des costumes dans Ruy Blas ?

2. Entretien avec Ezio Toffolutti, scénographe et costumier

J'ai cherché à faire en sorte que les costumes ne soient pas décoratifs ou ornementaux. Je voulais qu'ils aient une vie, un sens profond qu'ils soulignent la complexité des personnages et révèlent à quel point ils sont prisonniers de leur "enveloppe". J'ai pris le parti de recréer des costumes très riches, comme ils pouvaient l'être à la cour d'Espagne au XVIIe siècle, en m'inspirant principalement de tableaux de Velazquez. Mais je voulais que les costumes ne soient pas complètement finis qu'ils soient comme des bâtis qui laisseraient entrevoir constamment une autre personne sous l'apparence vestimentaire, qu'ils fonctionnent un peu comme des masques.

Ezio Toffolutti, Propos recueillis le 12 octobre 2001, extraits du programme de Ruy Blas à la comédie-Française (2001).

3. Expliquez les choix de mise en scène de Daniel Mesguich pour représenter la fin de la pièce.

Mise en scène de Daniel Mesguich, Théâtre de l'Entretien, 2007

Pistes

Dissertation

Parlant de l'importance des objets au cinéma, le réalisateur Luc Dardenne affirme : "Le cinéma s'intéresse à l'accessoire. L'essentiel du cinéma, c'est l'accessoire." (Luc Dardenne, Au dos de nos images, 1991-2005, Paris, éd. du Seuil, 2005, p. 158.)

Cette réflexion peut-elle s'appliquer au théâtre ?

Séance 09

La mort de Ruy Blas

Cette séance est consacrée à l'étude du dénouement du drame

Recherche

Commentez le dénouement, des v. 2213 à 2252.

Pistes

RUY BLAS, d'une voix grave et basse.

Maintenant, madame, il faut que je vous dise.

– Je n'approcherai pas. – Je parle avec franchise.

Je ne suis point coupable autant que vous croyez.

Je sens, ma trahison, comme vous la voyez,

Doit vous paraître horrible. Oh ! Ce n'est pas facile

À raconter. Pourtant je n'ai pas l'âme vile,

Je suis honnête au fond. – cet amour m'a perdu. –

Je ne me défends pas ; je sais bien, j'aurais dû

Trouver quelque moyen. La faute est consommée !

– C'est égal, voyez-vous, je vous ai bien aimée.

LA REINE

Monsieur...

RUY BLAS, toujours à genoux.

N'ayez pas peur. Je n'approcherai point.

À votre majesté je vais de point en point

Tout dire. Oh ! Croyez-moi, je n'ai pas l'âme vile ! –

Aujourd'hui tout le jour j'ai couru par la ville

Comme un fou. Bien souvent même on m'a regardé.

Auprès de l'hôpital que vous avez fondé,

J'ai senti vaguement, à travers mon délire,

Une femme du peuple essuyer sans rien dire

Les gouttes de sueur qui tombaient de mon front.

Ayez pitié de moi, mon Dieu ! Mon coeur se rompt !

LA REINE.

Que voulez-vous ?

RUY BLAS, joignant les mains.

Que vous me pardonniez, madame !

LA REINE.

Jamais.

RUY BLAS.

Jamais !

Il se lève et marche lentement vers la table.

Bien sûr ?

LA REINE.

Non, jamais !

RUY BLAS.

Il prend la fiole posée sur la table, la porte à ses lèvres et la vide d'un trait.

Triste flamme,

Éteins-toi !

LA REINE, se levant et courant à lui.

Que fait-il ?

RUY BLAS, posant la fiole.

Rien. Mes maux sont finis.

Rien. Vous me maudissez, et moi je vous bénis.

Voilà tout.

LA REINE, éperdue.

Don César !

RUY BLAS

Quand je pense, pauvre ange,

Que vous m'avez aimé !

LA REINE.

Quel est ce philtre étrange ?

Qu'avez-vous fait ? Dis-moi ! Réponds-moi ! Parle-moi !

César ! Je te pardonne et t'aime, et je te croi !

RUY BLAS.

Je m'appelle Ruy Blas.

LA REINE, l'entourant de ses bras.

Ruy Blas, je vous pardonne !

Mais qu'avez-vous fait là ? Parle, je te l'ordonne !

Ce n'est pas du poison, cette affreuse liqueur ?

Dis ?

RUY BLAS.

Si ! C'est du poison. Mais j'ai la joie au coeur.

Tenant la reine embrassée et levant les yeux au ciel.

Permettez, ô mon Dieu, justice souveraine,

Que ce pauvre laquais bénisse cette reine,

Car elle a consolé mon coeur crucifié,

Vivant, par son amour, mourant, par sa pitié !

LA REINE.

Du poison ! Dieu ! C'est moi qui l'ai tué ! – je t'aime !

Si j'avais pardonné ? ...

RUY BLAS, défaillant.

J'aurais agi de même.

Sa voix s'éteint. La reine le soutient dans ses bras.

Je ne pouvais plus vivre. Adieu !

Montrant la porte.

Fuyez d'ici !

– Tout restera secret. – je meurs.

Il tombe.

LA REINE, se jetant sur son corps.

Ruy Blas !

RUY BLAS, qui allait mourir, se réveille à son nom prononcé par la reine.

Merci !

V. Hugo, Ruy Blas, 1838.