L'accord du participe passé avec le COD

L'accord du participe passé avec le complément d'objet

Notion

Avec l'auxiliaire avoir, le participe passé ne s'accorde jamais avec le sujet :

"Il a mangé une pomme"/"Elle a mangé une pomme"/Ils ont mangé une pomme"/"Elles ont mangé une pomme"

Cependant, le participe passé s'accorde avec le COD quand celui-ci est placé avant l'auxiliaire "avoir".

"La pomme qu'il a mangée était délicieuse"

"Ces pommes, il les a mangées"

"Pourquoi les a-t-il mangées ?"

On trouve le COD en posant la question "[sujet + verbe] quoi ou qui ?"

Application

Complétez par la terminaison ("é"/"ée"/"és"/"ées") qui convient.

Nous avons escort nos amis jusqu'à l'aéroport, puis nous les avons quitt.

Nous avions pass une semaine à leur montrer les sites que nous avions appréci quand nous avions emménag dans la région.

Ils nous ont exprim toute leur reconnaissance pour cette semaine de vacances qui les a vraiment dépays.

Puis ils ont embarqu dans l'avion qui devait les emmener à Londres, où ils avaient décid de finir leur vacances.

Le surlendemain, ils nous ont envoy un sms, pour nous dire qu'on les avait abandonn dans un endroit inconnu.

Peu de temps après le décollage, une femme a appel les autorités, pour expliquer qu'elle avait plac une bombe dans l'appareil, et elle a exig une rançon.

Les autorités ont immédiatement dérout l'avion vers un aéroport peu fréquenté. L'appareil s'est posé sur une vieille piste, près d'un hangar désaffecté, dans une région isolée. Les passagers, à qui on n'avait rien expliqu, ont patient pendant des heures sur la piste, en plein soleil.

Des militaires sont venus ; certains ont interrog les passagers, d'autres ont inspect les bagages, qu'ils ont fouill minutieusement. Finalement, ils les ont quitt en leur promettant de revenir un peu plus tard.

Personne n'est revenu, et les passagers ont commenc à s'inquiéter : cette bombe, l'avaient-ils trouv ?

Evaluation finale

Application

Complétez avec la terminaison appropriée.

Angers, le 22 octobre

Madame,

je réponds à votre courrier du 12 dans lequel vous m'avez inform que votre compagnie d'assurance avait résili mon contrat.

Vous avez, Madame, justifi votre décision par les trois grammes d'alcool dans le sang que les gendarmes ont relev et par le fait que j'ai conduit sans permis une voiture qui n'était pas à moi.

C'est vrai, cette voiture qui est tomb dans le fossé, je l'avais emprunt. Mais c'est parce que les gendarmes avaient confisqu mes deux voitures. Ils m'y ont oblig.

Evidemment, j'ai voyag sans permis. Je suis représentant de commerce. Si je ne peux plus conduire, je suis au chomage. Avec les gendarmes, et les radars, mes collègues se sont retrouv dans la même situation : tous leurs permis sont confisqu aussi. Mais moi, au moins, mes permis, je les ai pass : il y en a qui ont travaill sans l'avoir jamais eu.

C'est également vrai qu'avec un client, nous avions arros un contrat. Mais bon, d'abord, treize bouteilles de bordeaux n'ont jamais tu personne. Et les bouteilles, c'est lui qui les avait pay pour me remercier. Je ne pouvais pas refuser. Les gendarmes ont beaucoup exagér : je pense qu'eux aussi devaient être un peu éméch. Je voyais encore très nettement la route. Enfin, suffisamment. Si les virages n'avaient pas été chang de place, la voiture ne serait jamais arriv dans le fossé.

Considérant toutes ces raisons, Madame, je pense que votre compagnie devrait poursuivre mon contrat. J'aimerais également qu'une voiture me soit prêt pour poursuivre mon activité.

Je vous prie d'agréer, Madame, ma respectueuse considération,

M. Marc Vendeur, représentant de commerce