Alchimie poétique : la boue et l'or

Comment la poésie peut-elle transformer le trivial en sublime ?

Un poème en prose de Baudelaire ? La lettre du voyant de Rimbaud

Ô vous, soyez témoins que j’ai fait mon devoir

Comme un parfait chimiste et comme une âme sainte.


Car j’ai de chaque chose extrait la quintessence,


Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or.

Séance 01

La poésie des choses triviales

Oral

Préparez la lecture orale de ce poème.

Un pauvre homme passait dans le givre et le vent.

Je cognai sur ma vitre ; il s'arrêta devant

Ma porte, que j'ouvris d'une façon civile.

Les ânes revenaient du marché de la ville,

Portant les paysans accroupis sur leurs bâts.

C'était le vieux qui vit dans une niche au bas

De la montée, et rêve, attendant, solitaire,

Un rayon du ciel triste, un liard de la terre,

Tendant les mains pour l'homme et les joignant pour Dieu.

Je lui criai : - Venez vous réchauffer un peu.

Comment vous nommez-vous ? - Il me dit : - Je me nomme

Le pauvre. - Je lui pris la main : - Entrez, brave homme. -

Et je lui fis donner une jatte de lait.

Le vieillard grelottait de froid ; il me parlait.

Et je lui répondais, pensif et sans l'entendre.

- Vos habits sont mouillés, dis-je, il faut les étendre

Devant la cheminée. - Il s'approcha du feu.

Son manteau, tout mangé des vers, et jadis bleu,

Étalé largement sur la chaude fournaise,

Piqué de mille trous par la lueur de braise,

Couvrait l'âtre, et semblait un ciel noir étoilé.

Et, pendant qu'il séchait ce haillon désolé

D'où ruisselait la pluie et l'eau des fondrières,

Je songeais que cet homme était plein de prières,

Et je regardais, sourd à ce que nous disions,

Sa bure où je voyais des constellations.

Décembre 1854.

Victor Hugo, Les Contemplations, livre V, En marche, 1856.

Séance 02

L'Huître et la perle

Observation

Qu'est-ce qui vous paraît intéressant dans ce tableau ?

Explication

À partir du texte de Ponge, faites un dessin de l'huître.

Pistes

Prolongement

À propos de Chardin, Ponge écrit : "Entreprenez de traiter de la façon la plus banale le plus commun des sujets : c'est alors que paraîtra votre génie."

Selon vous, la poésie la plus intéressante est-elle celle qui traite "de la façon la plus banale le plus commun des sujets" ?

Pistes

Document A

Jean Siméon Chardin, La Raie, 1728.

Document B

L'huître, de la grosseur d'un galet moyen, est d'une apparence plus rugueuse, d'une couleur moins unie, brillamment blanchâtre. C'est un monde opiniâtrement clos. Pourtant on peut l'ouvrir : il faut alors la tenir au creux d'un torchon, se servir d'un couteau ébréché et peu franc, s'y reprendre à plusieurs fois. Les doigts curieux s'y coupent, s'y cassent les ongles : c'est un travail grossier. Les coups qu'on lui porte marquent son enveloppe de ronds blancs, d'une sorte de halos.

A l'intérieur l'on trouve tout un monde, à boire et à manger : sous un firmament (à proprement parler) de nacre, les cieux d'en dessus s'affaissent sur les cieux d'en dessous, pour ne plus former qu'une mare, un sachet visqueux et verdâtre, qui flue et reflue à l'odeur et à la vue, frangé d'une dentelle noirâtre sur les bords.

Parfois très rare une formule perle à leur gosier de nacre, d'où l'on trouve aussitôt à s'orner.

Francis Ponge, L'Huître, Le parti pris des choses, 1942, coll. Poésie/Gallimard, éd. Gallimard.