Ateliers de professionnalisation

Modules :

- 01. L'image de soi : se présenter, parler de soi, appréhender l'entretien de recherche de stage ;

- 02. Le métier d'office manager : réaliser une brève forme radio.

- 03. L'interculturalité : présentation d'une entreprise, d'une destination de stage ; culture d'entreprise, culture nationale ou régionale.

- la presse ; les différents genres de la presse ; des revues de presse avec un article, puis deux, puis trois...

- l'expression verbale et non-verbale : Time's Up, Mimes, jeux de rôle, exercices théâtraux, dialogues au téléphone. Scènes de la vie quotidienne.

- l'expression écrite : l'orthographe, la syntaxe.

Mod_01/at_01

Se présenter

Oral

Deux slogans

1. Quels slogans célèbres connaissez-vous ? Comment vantent-ils les qualités d'un produit/d'une marque ?

2. A partir d'une liste de vos qualités, écrivez un slogan qui vous ressemble. Soyez créatifs !

3. Écrivez un second slogan qui présente vos défauts d'une façon positive.

Un acrostiche

Écrivez, pour vous présenter, un acrostiche à partir de votre nom.

"J'ai deux passions"

1. Se présenter : regardez la présentation de Fleur Portier et Emilie Conty (Entretien de stage: 6 secrets pour convaincre) de 20'40 à 26'20.

2. "J'ai deux passions..." Présentez-vous en indiquant deux de vos passions, une vraie et une fausse.

Une petite annonce

Rédigez une petite annonce originale qui mette en avant un savoir-faire, une capacité ou un service que vous pourriez rendre à une personne.

Mod_01/at_02

L'entretien

Oral

1. Si vous avez déjà eu des entretiens, y a-t-il eu un qui vous a marqué ? Pourquoi ?

2. Si vous n'avez pas encore eu d'entretiens, qu'est-ce que vous appréhendez ?

Observation

Soit le film The devil wears Prada, de 7'21 à 10'.. Quelles sont les qualités et les défauts de la candidate ?

Pistes

The Devil wears Prada, 2006.

Mod_01/at_03

La gestion du stress

Observation

1. Observez l'intervention de Kelly McGonigal : 'Comment faire du stress votre ami'. Selon cette présentation,

a. Est-ce que le stress est mauvais ?

b. Comment se manifeste-t-il ?

c. Quelles en sont les bénéfices ?

d. Comment mieux le supporter ?

2. Pensez-vous, personnellement, que le stress puisse être un atout ?

Mod_01/at_04

L'entretien

Oral

À deux, simulez un entretien de stage en vous aidant des questions ci-contre.

Pourquoi est-ce que vous avez choisi cette offre/cette entreprise ?

Qu'est-ce que vous pensez apporter à notre entreprise ?

Qu'est-ce que vous attendez d'un manager/d'une équipe/d'une entreprise ?

Quelles qualités sont nécessaires, selon vous, pour ce poste ?

J'ai besoin de quelqu'un pour... Est-ce que vous pensez que vous avez les compétences ?

Quelles sont vos ambitions ?

Quel(s) défaut(s) est-ce que vous aimeriez corriger ?

Parlez-moi de votre parcours : pourquoi ce choix d'études ?

Qu'est-ce que vos expériences professionnelles vous ont appris ?

Oral

Le recruteur jouera le caractère indiqué sur la carte.

L'inquisiteur

Celui qui pose beaucoup de questions très précises.

Le blasé

Celui qui regarde son téléphone et qui baille.

Le silencieux

Celui qui parle très peu.

Le méprisant

Celui qui lève les yeux au ciel et soupire.

Le grincheux

Celui qui ne fait que des remarques négatives et des critiques

Le paranoïaque

Celui qui met en doute toutes vos réponses.

Le rigide

Celui pour qui il n'y a qu'une seule bonne façon de faire les choses : la sienne.

L'enthousiaste

Celui qui vous donne tout de suite une multitude de tâches à faire

L'hyperactif

Celui qui fait 10 choses en parallèle avec l'entretien.

Mod_02/at_01

Le métier d'assistant(e)

Observation

Soit le film The devil wears Prada, de 15'30 à 17'.

1. À quels défis est confrontée la jeune assistante jouée par Anne Hathaway ?

2. De quelles compétences cette jeune femme a-t-elle besoin pour réussir ?

Pistes

Lecture

En vous appuyant sur le texte ci-contre, répondez aux questions suivantes.

1. Y a-t-il des règles en matière d'habillement dans le monde professionnel ?

2. Quels sont les arguments en faveur d'un code vestimentaire en entreprise ? Quels sont les arguments contre ?

3. Selon vous, le code vestimentaire est-il une bonne chose en entreprise ?

Prolongement

Regardez la courte vidéo de France Info, "Tenue au travail : qu'est-ce qui est autorisé ?" (24/02/2015).

Qu'est-ce que vous en retenez ?

Comment décrypter le dresscode de son entreprise ?

Tailleur pantalon ou jean et derbies ? S'habiller pour aller travailler est source de nombreux dilemmes. Avis et témoignages pour aider à s'approprier le dresscode de son entreprise.

"Comment s'habiller pour un entretien d'embauche ?" ; "Comment s'habiller pour un rendez-vous professionnel ?" ; "Comment s'habiller pour demander une promotion ?"... Les requêtes concernant le vestiaire professionnel fusent sur les moteurs de recherche. Et pour cause : se vêtir pour se rendre au bureau peut vite devenir un casse-tête dès lors que l'on n'a pas à endosser un uniforme au sens propre du terme.

"Les codes ont évolués au travail, commente Marion Darrieutort, CEO de l'agence de communication Elan Edelman. Les dirigeantes que je rencontre assument désormais leur style, tout en veillant à respecter les règles tacites de leur entreprise." Pour composer son vestiaire professionnel, des normes sont en effet à respecter. Toute la difficulté réside dans la capacité de chacun à en percevoir les contours.

Une réglementation évasive, des codes tacites

Malheureusement, sur le plan juridique, aucune réglementation ne nous aide de manière précise. "Quel risque j'encours si j'arrive en jean déchiré au bureau ?", peut-on par exemple se demander. "Chaque entreprise a un règlement intérieur, indique Antoine Daviau, juriste dans un cabinet de conseil nantais, mais le plus souvent, il stipule exclusivement des éléments les plus généraux possibles sur les critères d'habillement et il peut être volontairement évasif, afin de permettre une palette d'actions. Chaque entreprise peut le rédiger à sa manière, de façon à être la plus proche de ce qu'elle cherche à faire transparaître. La restriction doit être justifiée par l'emploi et les missions."

Ce règlement pose le cadre d'un accord qui reste tacite entre l'employé et l'employeur, indiquant surtout au premier de se présenter en "tenue correcte" sur son lieu de travail. Des directives floues et dont la signification différera selon les corps de métiers : porter un jean troué lors d'une réunion interne dans le secteur bancaire sera très mal vu et portera atteinte à l'image et au professionnalisme de l'employé. Face à la même tenue, d'autres professions moins attachées aux statuts seront plus tolérantes. [...]

Une affaire de bon sens

"Pour qu'il y ait sanction, il faut qu'il y ait règle", souligne toutefois le juriste. Un employé se présentant en tenue dite "trop décontractée" ou "indécente" ne pourra se voir licencié. "Cependant, s'il a été en contact avec le public ou en représentation, il pourrait avoir porté atteinte à l'image de son entreprise avec une tenue que l'employeur pourra considéré comme négligée et cela peut être sanctionné, car c'est son entreprise, sa loi, ses règles." Ces sanctions seront déterminées par les manquements au règlement intérieur de chaque entreprise, qui sont définis par les articles L1321-1 et suivants du Code du travail.

Alessandra, 25 ans, cadre dans une multinationale de la grande consommation, a trouvé ses marques assez naturellement. "A partir du moment on nous sommes présentables, nous n'avons pas de règles strictes quant au dresscode. C'est aussi une affaire de bon sens: on ne va pas venir en tongs, mais en jean, oui. Dans mon secteur, le style n'a pas vraiment d'incidence sur la carrière. En revanche, lorsque je pars en rendez-vous extérieur, je soigne mon apparence et j'enfile une robe neutre et des talons."

Affirmer sa personnalité sans choquer

Marion Darrieutort, aujourd'hui PDG, avait trouvé une technique pour être plus facilement "raccord" lorsqu'elle était jeune consultante en communication. Elle s'était mise à identifier le style des dirigeants des agences pour qui elle travaillait, ainsi que celui des personnes influentes dans l'entreprise. "On les repère à leur attitude, indique-t-elle. Ce sont souvent des gens qui osent et qui affirment leur personnalité sans choquer. Ce sont aussi eux qui seront à l'origine de micro-tendances dans l'entreprise."

Style de pantalon, longueur de jupes, matières: ils deviennent une source d'inspiration pour composer son propre vestiaire professionnel. "Quand on démarre dans la vie active, on vous apprend à entrer dans le moule et à copier les standards en place", analyse-t-elle.

Accepter de se laisser guider

Lorsque son supérieur lui recommande de s'attacher les cheveux pour leurs rendez-vous avec des représentants du monde de la banque, Marion Darrieutort -à l'épaisse chevelure bouclée- se sent attaquée et affirme qu'elle peut faire bonne impression en restant elle-même. "Pourtant, dans un monde du travail qui juge sur les apparences, les conseils de mon chef étaient remplis de bienveillance. Plutôt que de brandir la carte de la personnalité, mieux vaut accepter de se laisser guider pour comprendre les codes", reconnaît-elle avec le recul. Son conseil: accepter les compromis, afin de pouvoir ensuite distiller peu à peu des éléments de sa personnalité.

Ce sont les consensus qu'a également dû s'imposer depuis quelques mois Julie, 23 ans, assistante dans une grande maison d'édition. Adepte des talons dorés, des turbans et des robes colorées à la ville, elle a délibérément opté pour des tenues plus sobres au bureau. "Même si ça ne correspond pas à mon style habituel, je me sens plus forte dedans, plus sûre de moi. Je ne m'impose pas le tailleur et les talons, mais si je mets un jean, je ne me permets pas d'arriver sans être impeccablement coiffée et maquillée. J'évite aussi les vêtements tape-à-l'oeil, car l'entreprise est fondée sur une image de stabilité et de classicisme." [...]

Se différencier en respectant les codes

Si la jeune femme semble s'être accommodée des codes classiques de son entreprise, cela ne l'empêche pas de redouter l'arrivée de l'été. "J'aime porter des shorts, des sandales et je crains d'être limitée dans mes choix vestimentaires. Je vais donc appliquer la stratégie que j'avais mise en place lors de mon arrivée: je vais observer les changements de tenues de mes collègues avant de me lancer."

Pour Romane, 28 ans, analyste financier, le port de "l'uniforme" a aussi de bons côtés. "Quand j'enfile mon tailleur, cela me met directement en condition de travail et me donne confiance en mes capacités professionnelles. C'est comme pour l'orthographe, estime-t-elle. On se doit d'être impeccable, sans quoi on risque de passer pour quelqu'un qui n'est pas sérieux." Pour la jeune femme, porter ce tailleur lui donne l'impression de mieux ressentir ses responsabilités, tout en se donnant les moyens de réussir.

"En France, si vous voulez être écouté, il faut cocher certaines cases pour montrer que vous êtes intégré, juge Marion Darrieutort. A chacun de trouver le juste milieu pour être dans la 'normalité' tout en laissant sa personnalité s'exprimer." A ses yeux, plus on parvient à se différencier en respectant les codes qu'on aura identifiés, plus on s'affirme dans le leadership.

"Ne pas attendre d'évoluer pour avoir de l'audace"

Adepte du pas de côté, la femme d'affaires parisienne voit son look qualifié de "corporate glam" ou "punk corporate" par son équipe. Elle reconnaît toutefois qu'il est plus aisé de prendre des libertés lorsque l'on est dirigeante. "Je me suis rendu compte que plus on franchit des étapes, plus les bastions tombent, concède-t-elle. Mais je suis persuadée qu'il ne faut pas attendre d'évoluer pour avoir de l'audace. Affirmer mon style, même si les vêtements ne font pas tout, m'a aidé à avoir confiance en moi et à évoluer professionnellement." Selon elle, les clients qu'elle conseille achètent aussi sa personnalité.

Évoluer dans un environnement masculin n'est toutefois pas de tout repos. Marion Darrieutort a ainsi choisi d'éviter les jupes et les chemises décolletées. "Je n'assume pas. Je fais attention au regard de l'autre et je veux être jugée sur mes compétences, même avec l'expérience que j'ai. Quand j'étais plus jeune, j'ai eu des réflexions masculines. Par souci de crédibilité, j'ai fait en sorte de ne plus détonner." Le prix à payer pour qu'elle puisse travailler tranquillement sans que ses vêtements ne créent d'interférences.

Muriel de Saint Sauveur, présidente de WomenMasterclass, société de conseil en leadership au féminin, estime tout de même que les choses ont évolué. "Lorsqu'on est jeune, on veut paraître sérieuse pour être respectée, mais je pense qu'on a dépassé ce stade. Le professionnalisme n'est plus dans la longueur de la jupe, mais dans le soin de son allure et de sa tenue." On fait donc attention aux détails -une coiffure sobre, un maquillage discret, de belles matières et des coupes soignées- mais surtout à sa façon de se tenir et de parler.

Le cas périlleux du casual Friday

Enfin demeure le cas particulier du casual Friday, ce jour où les hommes se passent de cravate et les femmes d'une chemise trop stricte, inventé pour s'émanciper des codes le jour précédant le week-end. Dans sa maison d'édition, Julie déplore toutefois la différence peu visible entre les tenues de la semaine et celle du vendredi, prétendument plus libre.

"J'ai croisé des gens en baskets, mais rarement et uniquement parmi les plus jeunes employés. Leur tenue restait cependant très propre sur soi, très lisse. Personnellement, je me limite à un rouge à lèvres vif ou à mes bottines dorées. Tant que le reste de la tenue est sobre, je sais que ça passe."

C'est là toute la complexité de jongler entre une apparente décontraction et la très floue "tenue correcte exigée", le vendredi comme tous les autres jours de la semaine.

Marie-Caroline Bougère, L'Express, 09/04/2017.

Notion : les soft skills

L'ouverture d'esprit/la curiosité

L'empathie/l'écoute

Le sens du collectif

La souplesse/l'adaptabilité

La créativité

La gestion du stress

La communication

L'organisation/la gestion du temps

La confiance/l'optimisme

Mod_02/at_02

Radio : les formats courts

Recherche

Cherchez sur le site de France Inter un exemple de chacun des genres radiophoniques ci-contre. Choisissez-en un que vous ferez écouter et dont vous expliquerez précisément les caractéristiques et la finalité.

Pistes

Le genre Les caractéristiques L'intérêt Les limites
Le micro-trottoir (24h dans une rédaction > radio > 22. Vox Pop ou micro-trottoir)
Le papier radio (24h dans une rédaction > radio > 23. Le papier radio)
Le portrait
Le son (24h dans une rédaction > radio > 20. Le son)

Rappel : Les formats courts

Le lancement

Le lancement est un texte rédigé par le présentateur pour introduire un sujet. Il comprend : 1) une phrase d'accroche qui contient l’information nouvelle ; 2) des informations complémentaires (5 W) ; 3) la phrase qui présente l’angle sous lequel le sujet a été traité. [Écriture + enregistrement]

Le micro-trottoir

Un micro-trottoir est un document sonore qui regroupe, grâce à un montage, les réponses d’une série de personnes ordinaires interrogées dans un lieu public à une même question. [Enregistrement + montage]

Le papier radio

Le papier radio est le texte que le journaliste écrit et lit dans sa voix. Il a une structure : un début, un milieu, une fin. Une phrase d’accroche, une chute. [Écriture + enregistrement]

Le son

Le son est un extrait d’interview, qui a été recoupé et remonté pour correspondre à la durée attendue. C'est un concentré, débarrassé des hésitations et des redites. [Écriture + enregistrement + montage]

Mod_02/at_03

Radio : zoom sur l'assistant de manager

Projet

Vous présentez le métier d'assistant en utilisant des formats radiophoniques courts et en suivant la démarche ci-contre.

Chacun de ces formats doit faire entre 1 minute et 1 minute 30.

1. C'est un travail par binôme. Mais avant de vous séparer en binômes, vous vous concerterez au sein du groupe pour fixer une répartition qui permette de varier les formes et les angles. Un exemple de répartition :

1. Lancement et transitions : pourquoi parler du métier d'AM ?

2. Micro-trottoir : qu'est-ce que les gens savent du métier d'AM ?

3. Papier : le métier d'AM, ses difficultés, ses enjeux, son intérêt ;

4. Extraits de dialogue entre Andy et Miranda Priestly tirés de The Devil wears Prada ;

5. Portrait : Andrea "Andy" Sachs, AM de Miranda Priestly (The Devil wears Prada) ;

6. Son : interview d'une étudiante en formation d'AM ;

2. Par binôme, vous réaliserez les enregistrements attendus en vous aidant du planning ci-dessous.

19/11 26/11
Lancement et transitions

Écriture et répétitions

Enregistrement

Micro-trottoir

Enregistrement

Montage

Papier

Écriture et répétitions

Enregistrement

Extraits de films

Montage

Montage

Portrait

Écriture et répétitions

Enregistrement

Son

Écriture et enregistrement

Montage

Conseils

L'écriture

Veillez à ce que votre écriture soit accrocheuse, en particulier au début de chaque papier. Utilisez le présent. Rédigez des phrases courtes. Contentez-vous des faits. Pendant que vous écrivez, murmurez vos phrases. Vous allez voir que vous trouverez un style simple qui s’approche de votre manière de parler. Quand vous avez écrit votre texte, relisez-le à voix haute. Si le résultat ne vous plaît pas, modifiez le texte.

L'enregistrement

Première règle : s’adresser à quelqu’un. En radio on parle plus lentement que dans la vie. Avant de passer à l’antenne : relisez à haute voix votre journal, votre flash, votre papier. On parle à 20 centimètres du micro.

Le montage

Une fois le ou les enregistrements effectués, il faut parfois faire un travail de montage, suivant l'exercice. Utilisez pour cela le logiciel Audacity ou un éditeur en ligne comme audio-joiner. Vous exporterez vos enregistrements en WAV ou MP3, et vous les enregistrerez sur e-lyco sous le nom ETUDIANT01_ETUDIANT02.

Mod_03/at_01

Autres pays, autres mœurs

Observation

Comment ces histoires sont-elles construites ?

Spots publicitaires pour HSBC, 2005.

Prolongement

Observez le début du film, de 3' à 15'30.

1. Quels éléments vous permettent de relever l'importance de la hiérarchie dans l'entreprise japonaise ?

2. Pourquoi le monde de cette entreprise paraît-il étranger au personnage ?

3. Le comportement d'Amélie est-il normal ?

Pistes

A. Corneau, Stupeur et tremblement, 2003, d'après le roman éponyme d'Amélie Nothomb.

Mod_03/At_02

Les différences culturelles

Oral

Choisissez un pays et faites-en une brève présentation en vous appuyant sur un diaporama :

- les données essentielles du pays (situation, capitale, nombre d'habitants, langue, etc.)

- quatre 'incontournables' du patrimoine de ce pays (plat typique, fête, monument, personnage, etc.) ;

- quatre choses qu'il faut savoir si on travaille avec des gens de ce pays.

Mod_03/At_03

Les quiproquos

Synthèse

Quel principe nous montrent ces deux documents ?

Quelles conséquences cela peut-il avoir dans une entreprise ?

Pistes

Écriture personnelle

Les différences culturelles et personnelles, obstacle ou richesse ?

Document A

Dans une série de visuels, l'artiste berlinoise Yang Liu confronte les différences entre l'Occident (en bleu) et l'Orient (en rouge).

Yang Liu, Orient/occident : mode d'emploi, éd. Taschen.

Document B

Après avoir donné des fusils aux Tahitiens, Mason, un capitaine britannique, s'aperçoit qu'ils perdent leur douceur, et reprend les armes.

- Monsieur Purcell, dit Mason, coupant court à ces effusions, dites aux Noirs de rendre les balles.

Purcell traduisit, et aussitôt Mehani passa de l'un à l'autre, recueillit les balles, et les remit à Mason. En même temps, il fit tout un discours plein d'élégance et de dignité. Ses gestes, avec moins de rondeur, rappelaient ceux d'Otou.

- Monsieur Purcell ? dit Mason.

- Il vous présente ses excuses pour les mauvaises manières des Tahitiens et vous assure qu'à l'avenir, ils vous traiteront avec le respect dû à un père.

- C'est bien, dit Mason, je suis heureux que nous les ayons de nouveau en main.

Il se tourna pour s'en aller.

- Remerciez-le, dit-il par-dessus son épaule.

- Est-il fâché ? Dit Mehani, les sourcils froncés. Pourquoi s'en va-t-il sans répondre ?

Selon l'étiquette tahitienne, Mason aurait dû répliquer à son discours par un discours d'une longueur égale.

- C'est moi qui doit répondre, dit Purcell.

Et il improvisa une harangue où le reproche était si voilé qu'il pouvait presque passer pour un compliment. Mais les Tahitiens ne s'y trompèrent pas. Tout le temps que Purcell parla, ils gardèrent les yeux baissés.

Purcell n'eut pas le temps d'aller au bout de son improvisation : Masson l'appela. Il se tenait sur la dunette, les yeux fixés sur le ressac.

- Que leur racontez-vous donc ? dit-il avec méfiance.

- Je leur dis merci d'avoir fait leur soumission.

- C'est si long "merci" en tahitien ?

- Avec les fleurs et les épines, oui.

- Pourquoi tous ces bavardages ? dit Mason en penchant en avant son front carré.

- C'est la coutume. Ne pas faire de discours après les excuses de Mehani, c'était rompre avec eux.

- Je vois, dit Mason, mais il n'avait pas l'air convaincu.

R. Merle, L'Île, 1962.

Issu d'une famille juive algérienne, J. Sfar a élaboré depuis une dizaine d'années une oeuvre singulière et érudite.

J. Sfar, La Chat du rabbin, Poisson pilote, 2010.

Document B

Il nous faut partir d'un constat : nos sociétés sont structurellement et durablement marquées par la pluralité et la diversité culturelle. C'est une diversité à caractère exponentiel. Au sein de chaque groupe voire au sein de chaque individu, on constate une pluralisation de plus en plus forte. L'hétérogénéité est devenue le dénominateur commun de tous les groupes, que ceux-ci soient nationaux, sociaux, religieux ou ethniques. On assiste à une hétérogénéisation de fait, liée à la mondialisation notamment. Celle-ci n'a pas pour unique conséquence une homogénéisation du monde, confondue d'ailleurs trop souvent avec une forme d'américanisation. Au contraire, la mondialisation favorise et multiplie les contacts, les lectures, les rencontres et entraîne une ouverture des identités. Chaque individu, même le plus casanier, est, par ses lectures, par la télévision, par internet, etc. en contact avec le monde entier. L'étrangeité est devenue quotidienne et proche. Chaque individu construit son identité selon des modalités de plus en plus différenciées en s'appuyant sur des exemples extérieurs à son groupe de naissance.

Cette complexité et cette hétérogénéité croissantes du tissu social et des pratiques culturelles imposent de reconstruire le concept de culture car celui-ci ne permet plus de rendre compte de la diversité culturelle. Il nous faut donc repenser le mode d'accès aux cultures car la société ne se réduit pas à une juxtaposition de groupes et de sous-groupes supposés homogènes.

La modernité, au sens anthropologique du terme se caractérise par la surabondance événementielle et spatiale ainsi que par l'individualisation des références et non, comme on a trop tendance à le croire, par une mondialisation des cultures. Cette segmentation du temps et de l'espace ainsi que la fragmentation des groupes favorisent les "jeux culturels ". La multiplication des contacts et des échanges pulvérise la notion d'acculturation qui dépasse largement la confrontation binaire et s'inscrit dans une multipolarisation des appartenances. Ainsi, plus aucun individu ne peut se sentir à l'aise dans un seul cadre culturel. [...]

On assiste à une définition de l'appartenance culturelle non plus par filiation mais par personnalisation et création, par affiliation. L'individu n'est plus au cœur d'une seule identité mais de plusieurs, identités qui ne sont pas exclusives les unes des autres et qui sont, parfois en harmonie, parfois en contradiction.

On se trouve dans une réalité sociale polychrome, labile et mouvante. C'est pourquoi, il devient de plus en plus difficile de définir l'individu à partir de sa seule appartenance culturelle, ethnique ou même nationale. Les marqueurs traditionnels d'identification (nom, nationalité, âge, culture, statut social...etc.) ont perdu leur pertinence et ne permettent plus d'identifier autrui encore moins de le catégoriser.

L'utilisation synonymique des termes "multiculturel/interculturel" révèle le flou sémantique mais aussi les enjeux symboliques et politiques. Le terme de "pluralité" renvoie à un état, à une situation. Le multiculturalisme est un mode de traitement de cette pluralité qui consiste à reconnaître la co-présence de groupes distincts et homogènes. Le préfixe "inter" de "interculturel" indique au contraire, une mise en relation et une prise en considération des interactions entre les groupes et les individus. L'interculturel ne correspond pas à un état, à une situation mais à une démarche, à un type d'analyse. C'est le regard qui confère à un objet, à une situation la caractère d'interculturel. Ainsi, selon la nature de l'objet on évoquera, la pédagogie interculturelle, la communication interculturelle.

M. A. Pretceille, La pedagogie interculturelle : entre multiculturalisme et universalisme, 2011.

Mod_03/at_03

Les stéréotypes

Oral

Quelle différence faites-vous entre les mots suivants : stéréotype, préjugé, cliché ?

Cliché : idée toute faite, stéréotype.

Stéréotype : Opinion toute faite, réduisant les singularités.

Préjugé : erreur de jugement.

Observation

En vous appuyant sur les deux documents :

1. Décrivez les formes linguistiques prises par les stéréotypes.

2. Les stéréotypes sont-ils nécessairement négatifs ?

3. En quoi ces stéréotypes peuvent-ils influencer les comportements ?

Prolongement : Un discours de Chimamanda Adichie sur TED Talks

Comment les Européens voient les Chinois

Hergé, Le Lotus bleu, 1936 première édition (édition couleur 1946).

Comment les Chinois voient les Européens

"J'ai vu beaucoup d'Européens, mais je n'arrive pas à distinguer de quel pays ils sont. Ils sont tous blonds avec des yeux verts". "J'ai l'impression que les Allemands sont grands et robustes alors que les Français sont plutôt petits et élégants", et les Anglais "assez petits dans l'ensemble" ; "les Français ont un nez bien fait tandis que les Allemands ont l'arête du nez haute"...

Les auteurs de ces propos ? Certains des vingt-neuf Chinois de Guangzhou, l'une des quatre villes les plus dynamiques du sud de la Chine, qui ont été interrogés par une équipe franco-chinoise dans le cadre d'un programme de recherche sur l'interculturel.

La perception des Européens par ces Chinois se fait plus tranchée quand il s'agit des caractéristiques sociales et culturelles : le romantisme revient ainsi comme un leitmotiv pour caractériser les Français tandis que les Allemands sont spontanément perçus comme "sérieux et pragmatiques en public, chaleureux en privé , les Anglais "distingués, cultivés et conservateurs". Associé à un art de vivre, le romantisme des Français l'est aussi à une certaine légèreté et une certaine paresse...

On le voit, les stéréotypes sont la chose la mieux partagée au monde. Ceux-là font d'autant plus sourire que l'échantillon, composé de directeurs d'entreprise, d'étudiants, d'artistes ou d'employés, se veut représentatif de la classe moyenne supérieure d'une grande ville de l'empire du Milieu. Les hommes d'affaires français tentés par le marché chinois seraient pourtant avisés de prendre ces stéréotypes au sérieux car ils rejaillissent souvent sur l'idée qu'on se fait des produits made in France. Ainsi les produits français sont réputés "romantiques et luxueux" et jouissent d'une image positive dans la mesure où il relève du secteur du luxe et de l'habillement.

Tous les Chinois interrogés se gardent cependant de généraliser. Ainsi ce professeur de sciences politiques à l'université de Guangdong, pour qui "il faut faire une distinction : c'est surtout la classe aisée qui est romantique, car il faut avoir de l'argent pour être romantique". Les stéréotypes ne sont de surcroît pas définitifs. Les quelques Chinois de l'échantillon qui ont eu l'occasion de voyager en Europe soulignent que leur perception du Vieux Continent a depuis changé. "Avant, confie ainsi une Chinoise de 45 ans, écrivain de son état, je trouvais l'Europe très loin de nous. Depuis mon voyage, je pense que je peux rapidement m'intégrer en Europe. L'Europe n'est pas très loin ni très différente de nous." Mais l'expérience vaut-elle en sens inverse ? A quand une enquête sur "Comment les Européens voient les Chinois" ?

S. Allemand, in Sciences humaines, n° 139 - Juin 2003, Les mondes professionnels.

Atelier 01

Time's up

Cartes

curriculum vitae

bureautique

check-list

agenda

administratif

gestion de projet

écoute active

ressources humaines

résolution de problème

collaboratif

décision

relation

information

hiérarchie

culture d'entreprise

international

curiosité

confiance

empathie

performance

gestion du temps

réactivité

tableau de bord

qualité de vie

flexibilité

image

confidentialité

solidarité

négociation

management

esprit d'équipe

gestion du stress

interface

veille

recrutement

formation

Atelier 04

Communiquer à l'oral - La confiance en soi

Oral

Le manager vous demande de prendre la parole au cours d'une réunion de service pour :

- présenter les nouveaux horaires définis par la direction ;

- présenter la nouvelle charte graphique de l'entreprise.

La réunion est en cours. On vous donne la parole.

Une prise de parole réussie
Une bonne préparation

Vous devez vous informer sur le contexte, le cadre, le public ; définir l'objectif de votre prise de parole, organiser votre propos, préparer vos supports.

La majorité des questions peuvent être anticipées : définition des mots techniques, des sigles, précisions dans les chiffres, logique d'un argument, etc.

Seul, ou avec quelqu'un, vous pouvez faire un 'filage' de votre prise de parole. Ce filage eut aussi être mental.

Avant la prise de parole

Trouvez des moyens de vous détendre, par exemple des exercices de décontraction, un travail sur la respiration ventrale, etc.

Les pensées positives réalistes rassurent et permettent de limiter le trac : "je me suis préparé, j'ai répété, je suis prêt", "aucune erreur n'est irréparable", "je connais bien mon sujet et je peux bien le présenter." Évitez le défaitisme et le pessimisme, qui vous feront perdre vos moyens.

Au début de la prise de parole

La plupart du temps, en réunion, les participants sont assis. Dans ce cas, on s'assied le dos droit, face au groupe.

En revanche, les exposés se font le plus souvent debout : la voix porte mieux, on peut écrire sur un paperboard ou commenter les supports visuels. Dans ce cas, le corps de l'orateur doit être stable et face au groupe. Attention à ne pas basculer sans cesse d'un pied sur l'autre.

Pour éviter que les mains ne s'agitent nerveusement ou ne se savonnent, il vaut mieux les poser les mains sur un support fixe, ou les joindre.

Les regards doivent porter vers les participants, calmement, sans oublier personne.

À éviter À privilégier

"Je vais essayer d'être bref pour ne pas vous ennuyer"

"Je vais vous donner des informations qui vous seront utiles."

"Je ne vais pas vous prendre trop de temps"

"Je vais vous parler de... pendant 10 minutes."

"Je n'ai pas l'habitude de parler en public."

"Je suis très heureux de pouvoir vous parler aujourd'hui de..."

"Je n'ai pas eu le temps de bien préparer mon intervention."

"Pour mieux répondre à vos préoccupations, je vous propose de commencer par écouter vos questions."

Des phrases négatives, des excuses

Des phrases affirmatives.

Atelier 05

Communiquer à l'oral - Le corps

Observation

1. Qu'est-ce qui fait la force de conviction de ce discours ?

2. Quelle image l'orateur donne-t-il de lui-même ? Comment ?

3. Quelles sont les réactions du public ?

Oral

Le manager vous demande de prendre la parole au cours d'une réunion de service pour :

- présenter les décisions prises à propos des portes ouvertes de l'école ;

- animer un remue-méninges sur les moyens de réduire le stress dans l'entreprise ;

- faire le point sur les dossiers en cours.

La réunion est en cours. On vous donne la parole.

Partie du corps Positions, mouvements, gestes à éviter Positions, mouvements, gestes à privilégier
Les jambes et les pieds

Balancement d'avant en arrière, balancement latéral : le geste provoque l'inconfort de l'auditeur, qui y lit un malaise.

Battement des pieds : le geste, volontaire ou non, exprime l'impatience.

Déplacements, quand on est debout : ils donnent de la vie et du mouvement à un exposé. Les déplacements doivent être calmes et réguliers.

Le haut du corps

En arrière, affalé, recroquevillé.

Droit ou incliné vers l'avant.

Les bras et les mains

Les bras croisés évoquent une forme de repli sur soi.

Gestes parasites : mains qui savonnent, qui tremblent, qui tripotent un objet.

Gestes d'autocontact (se toucher le visage, les cheveux, etc.) : ce sont des gestes qui expriment la nervosité.

Gestes oratoires : ils ponctuent votre discours et établissent une relation avec l'auditeur : mains ouvertes, pince pouce-index, etc.

La tête et le visage

Tête baissée ou menton relevé.

Les lèvres pincées, les sourcils froncés évoquent des formes de refus.

Tête droite, sourire, regard direct : prenez le temps de poser votre regard sur les différents participants, sans hâte, mais en changeant régulièrement.

Fiches

Situations de communication

Oral

Votre manager vous a demandé de trouver un restaurant pouvant accueillir toute l'équipe de l'entreprise SOVEDUR (Trélazé), soit 17 personnes, pour le mercredi 23 décembre, midi.

Convoqué dans son bureau le mardi à 10h, vous entrez pour lui présenter le résultat de vos recherches.

Il est en compagnie du directeur commercial.

C'est votre jour de chance ! Vous serez

Vous souhaitez.

C'est votre jour de chance ! Vous serez

Vous souhaitez.

C'est votre jour de chance ! Vous serez

Vous avez à coeur de.

Coach de

Vous aidez à se préparer : argumentaire, réaction face au public, caractère, etc.

Coach de

Vous aidez à se préparer : argumentaire, réaction face au public, caractère, etc.

Coach du

Vous aidez à se préparer : argumentaire, réaction face au public, caractère, etc.

Observateur

Vous êtes attentif à la façon dont argumente : comment il prend la parole, comment il réagit aux critiques... Est-ce qu'il est convaincant ?

Observateur

Vous êtes attentif à la façon dont argumente : comment il prend la parole, comment il réagit aux critiques... Est-ce qu'il est convaincant ?

Observateur

Vous êtes attentif à la façon dont argumente : comment il prend la parole, comment il réagit aux critiques... Est-ce qu'il est convaincant ?

Secrétaire

Vous notez les arguments et les exemples utilisés par .

Secrétaire

Vous notez les arguments et les exemples utilisés par .

Secrétaire

Vous notez les arguments et les exemples utilisés par .

Oral

Tous les ans, le directeur du site de l'usine SOTRIX (Saint-Barthélémy d'Anjou) présente ses voeux au personnel. Cet évènement est un moment de convivialité devenu un rituel dans l'entreprise.

Cette année, le directeur aimerait changer, et vous demande de proposer différents scénarios.

Convoqué dans son bureau le mardi à 10h, vous entrez pour lui présenter le résultat de vos recherches.

Il est en compagnie du directeur commercial.

C'est votre jour de chance ! Vous serez

Vous souhaitez.

C'est votre jour de chance ! Vous serez

Vous souhaitez.

C'est votre jour de chance ! Vous serez

Vous avez à coeur de.

Coach de

Vous aidez à se préparer : argumentaire, réaction face au public, caractère, etc.

Coach de

Vous aidez à se préparer : argumentaire, réaction face au public, caractère, etc.

Coach du

Vous aidez à se préparer : argumentaire, réaction face au public, caractère, etc.

Observateur

Vous êtes attentif à la façon dont argumente : comment il prend la parole, comment il réagit aux critiques... Est-ce qu'il est convaincant ?

Observateur

Vous êtes attentif à la façon dont argumente : comment il prend la parole, comment il réagit aux critiques... Est-ce qu'il est convaincant ?

Observateur

Vous êtes attentif à la façon dont argumente : comment il prend la parole, comment il réagit aux critiques... Est-ce qu'il est convaincant ?

Secrétaire

Vous notez les arguments et les exemples utilisés par .

Secrétaire

Vous notez les arguments et les exemples utilisés par .

Secrétaire

Vous notez les arguments et les exemples utilisés par .

Oral

La directrice de l'Union régionale Solidarité Femmes (Angers) souhaiterait créer un poste avec une personne en mission de service civique.

Elle vous demande de vous renseigner et de lui présenter les différentes possibilités.

Convoqué dans son bureau le mardi à 10h, vous entrez pour lui présenter le résultat de vos recherches.

Elle est en compagnie d'une des assistantes sociales.

C'est votre jour de chance ! Vous serez

Vous souhaitez.

C'est votre jour de chance ! Vous serez

Vous souhaitez.

C'est votre jour de chance ! Vous serez

Vous avez à coeur de.

Coach de

Vous aidez à se préparer : argumentaire, réaction face au public, caractère, etc.

Coach de

Vous aidez à se préparer : argumentaire, réaction face au public, caractère, etc.

Coach du

Vous aidez à se préparer : argumentaire, réaction face au public, caractère, etc.

Observateur

Vous êtes attentif à la façon dont argumente : comment il prend la parole, comment il réagit aux critiques... Est-ce qu'il est convaincant ?

Observateur

Vous êtes attentif à la façon dont argumente : comment il prend la parole, comment il réagit aux critiques... Est-ce qu'il est convaincant ?

Observateur

Vous êtes attentif à la façon dont argumente : comment il prend la parole, comment il réagit aux critiques... Est-ce qu'il est convaincant ?

Secrétaire

Vous notez les arguments et les exemples utilisés par .

Secrétaire

Vous notez les arguments et les exemples utilisés par .

Secrétaire

Vous notez les arguments et les exemples utilisés par .

Débriefing

Les observateurs commentent le jeu des acteurs et évaluent l'efficacité argumentative de chacun.

Les secrétaires rappellent l'argumentaire utilisé par chacun des personnages. Les autres élèves prennent en note.