Voyage au centre de la terre

Support : Jules Verne, Voyage au centre de la terre, coll. Folio, éd. Gallimard.

Problématique : Le Voyage au centre de la terre, fiction scientifique, récit d'aventures ou roman fantastique ?

Exposés :

- Axel : les voyages forment-ils vraiment la jeunesse ? (astuce : vous vous appuierez sur les chp. VII, XXI, XXVII, XL et XLI ainsi que des pages 177-179 de votre édition) ;

- Le professeur Lidenbrock, scientifique obsédé par la recherche ou aventurier généreux ? (astuce : vous vous appuierez sur les chp. I, VII, XXI, XXXI et XXXVIII ainsi que sur la question 8 et 9 p. 176 de votre édition).

- Voyage au centre de la terre ou voyage dans le temps ? (astuce : vous vous appuierez sur les chp. II, XX, XXII, XXXIII et XXXIX ainsi que sur la question 6 p. 176 de votre édition).

- Fiction scientifique ou roman fantastique ? (astuce : vous vous appuierez sur les chp. VI, XV, XX, XXXIII et XXXIX ainsi que sur les pages 281-282 de votre édition).

Pistes

Séance 01

Following Axel

Écriture

Durant son aventure, même quand il n'est pas sûr d'avoir du réseau, Axel tweete pour raconter son aventure à ses followers.

Vous imaginerez et écrirez ses tweets : 140 caractères maximum par tweet, environ 15 tweets au total.

Vous commencerez les tweets au chapitre XV et vous finirez au chapitre XLIV.

Les tweets seront rédigés dans une langue correcte. Les émoticônes sont autorisées.

Exemples :

Equipe de France ⭐ ⭐ - @equipedefrance Oct 21

Après 2 jours passés à Clairefontaine, nos Bleuets sont arrivés au Brésil pour disputer la Coupe du monde U17 ! 💪


Equipe de France ⭐ ⭐ - @equipedefrance Oct 14

C'est la pause au Stade de France ! Les Bleus dominent mais rentrent au vestiaire avec un score nul (0-0). Il reste 45 minutes pour aller chercher la victoire #FiersdetreBleus

Séance 02

Les Voyages extraordinaires

Recherche

1. Dans la citation de Jules Verne, comment l'écrivain appelle-t-il ses romans ? Ces appellations vous surprennent-elles ?

2. Dans cette sélection de titres d'oeuvres, quelles thématiques récurrentes pouvez-vous identifier ?

Pistes

"On m'a souvent demandé d'où m'est venue l'idée d'écrire ce qu'on peut appeler, faute d'un meilleur terme, des romans scientifiques. Eh bien, je me suis toujours attaché à l'étude de la géographie, comme d'autres pour l'histoire ou les recherches historiques. Je crois vraiment que c'est ma passion des cartes et des grands explorateurs du monde entier qui m'a amené à rédiger le premier de ma longue série de romans géographiques."

Compère, Margot, Entretiens avec Jules Verne 1873-1905, 1998, éd. Slatkine.


Les Aventures du capitaine Hatteras (1864-1866).

Voyage au centre de la Terre (1864).

De la Terre à la Lune (1865).

Les Enfants du capitaine Grant (1867-1868).

Vingt mille lieues sous les mers (1869-1870).

Autour de la Lune (1870).

Une ville flottante (1871).

Les Forceurs de blocus (1871).

Aventures de trois Russes et de trois Anglais dans l'Afrique australe (1872).

Le Pays des fourrures (1873).

Le Tour du monde en quatre-vingts jours (1873).

L'Île mystérieuse (1875).

Le Chancellor (1875).

Martin Paz (1875).

Michel Strogoff (1876).

Hector Servadac (1877).

Les Indes noires (1877).

Un capitaine de quinze ans (1878).

Les Cinq Cents Millions de la Bégum (1879).

Les Révoltés de la Bounty (1879).

Les Tribulations d'un Chinois en Chine (1879).

La Maison à vapeur (1880).

La Jangada (1881).

L'École des Robinsons (1882).

Le Rayon vert (1882).

Dix heures en chasse (1882).

Kéraban-le-têtu (1883).

L'Étoile du sud (1884).

L'Archipel en feu (1884).

Mathias Sandorf (1885).

Robur le Conquérant (1886).

Un billet de loterie (1886).

Frritt-Flacc (1886).

Nord contre Sud (1887).

Le Chemin de France (1887).

Gil Braltar (1887).

Deux ans de vacances (1888).

Famille-Sans-Nom (1889).

Sans dessus dessous (1889).

César Cascabel (1890).

Mistress Branican (1891).

Le Château des Carpathes (1892).

Claudius Bombarnac (1892).

P'tit Bonhomme (1893).

Mirifiques aventures de maître Antifer (1894).

L'Île à hélice (1895).

Face au drapeau (1896).

Clovis Dardentor (1896).

Le Sphinx des glaces (1897).

Le Superbe Orénoque (1898).

Le Testament d'un excentrique (1899).

Seconde patrie (1900).

Le Village aérien (1901).

Les Histoires de Jean-Marie Cabidoulin (1901).

Les Frères Kip (1902).

Bourses de voyage (1903).

Un drame en Livonie (1904).

Maître du monde (1904).

L'Invasion de la mer (1905).

Le Phare du bout du monde (1905).

Le Volcan d'or (1906).

L'Agence Thompson and Co. (1907).

La Chasse au météore (1908).

Le Pilote du Danube (1908).

Les Naufragés du "Jonathan" (1909).

Le Secret de Wilhelm Storitz (1910).

L'Étonnante Aventure de la mission Barsac (1919).

Séance 03

Des éditions illustrées

Observation

Les illustrations d'Édouard Riou reproduites ci-contre correspondent aux chapitres I, V, XIV, XVII, XXII, XXIV, XXIX et XXX.

1. Remettez-les dans l'ordre.

2. Comment évoluent-elles au fil de l'oeuvre ?

Pistes

Séance 04

"En route !"

Oral

Lisez, par oral, ce texte.

Pistes

Recherche

1. Qu'est-ce qui pousse les personnages en avant ?

2. Quelle est la position d'Axel au moment d'entrer dans la galerie ?

3. Que découvre-t-il à l'intérieur de la galerie ?

"En route !" fit mon oncle.

Chacun reprit son ballot. Hans se chargea de pousser devant lui le paquet des cordages et des habits, et, moi troisième, nous entrâmes dans la galerie.

Au moment de m'engouffrer dans ce couloir obscur, je relevai la tête, et j'aperçus une dernière fois, par le champ de l'immense tube, ce ciel de l'Islande "que je ne devais plus revoir."

La lave, à la dernière éruption de 1229, s'était frayé un passage à travers ce tunnel. Elle tapissait l'intérieur d'un enduit épais et brillant ; la lumière électrique s'y réfléchissait en centuplant son intensité.

Toute la difficulté de la route consistait à ne pas glisser trop rapidement sur une pente inclinée à quarante-cinq degrés environ ; heureusement certaines érosions, quelques boursouflures tenaient lieu de marches, et nous n'avions qu'à descendre en laissant filer nos bagages retenus par une longue corde.

Mais ce qui se faisait marche sous nos pieds devenait stalactites sur les autres parois. La lave, poreuse en de certains endroits, présentait de petites ampoules arrondies ; des cristaux de quartz opaque, ornés de limpides gouttes de verre et suspendus à la voûte comme des lustres, semblaient s'allumer à notre passage. On eût dit que les génies du gouffre illuminaient leur palais pour recevoir les hôtes de la terre.

"C'est magnifique ! m'écriai-je involontairement. Quel spectacle, mon oncle ! Admirez-vous ces nuances de la lave qui vont du rouge brun au jaune éclatant par dégradations insensibles ? Et ces cristaux qui nous apparaissent comme des globes lumineux ?

- Ah ! tu y viens, Axel ! répondit mon oncle. Ah ! tu trouves cela splendide, mon garçon ! Tu en verras bien d'autres, je l'espère. Marchons ! marchons !"

Jules Verne, Voyage au centre de la terre, XVIII, 1864.

Séance 05

Le rêve d'Axel

Lecture

Vous commenterez ce texte en vous appuyant sur le parcours de lecture suivant :

- une vision fantastique ;

- une leçon de paléontologie.

Pistes

Cependant mon imagination m'emporte dans les merveilleuses hypothèses de la paléontologie. Je rêve tout éveillé. Je crois voir à la surface des eaux ces énormes Chersites, ces tortues antédiluviennes, semblables à des îlots flottants. Sur les grèves assombries passent les grands mammifères des premiers jours, le Leptotherium, trouvé dans les cavernes du Brésil, le Mericotherium, venu des régions glacées de la Sibérie. Plus loin, le pachyderme Lophiodon, ce tapir gigantesque, se cache derrière les rocs, prêt à disputer sa proie à l'Anoplotherium, animal étrange, qui tient du rhinocéros, du cheval, de l'hippopotame et du chameau, comme si le Créateur, pressé aux premières heures du monde, eût réuni plusieurs animaux en un seul. Le Mastodonte géant fait tournoyer sa trompe et broie sous ses défenses les rochers du rivage, tandis que le Megatherium, arc-bouté sur ses énormes pattes, fouille la terre en éveillant par ses rugissements l'écho des granits sonores. Plus haut, le Protopithèque, le premier singe apparu à la surface du globe, gravit les cimes ardues. Plus haut encore, le Ptérodactyle, à la main ailée, glisse comme une large chauve-souris sur l'air comprimé. Enfin, dans les dernières couches, des oiseaux immenses, plus puissants que le casoar, plus grands que l'autruche, déploient leurs vastes ailes et vont donner de la tête contre la paroi de la voûte granitique.

Tout ce monde fossile renaît dans mon imagination. Je me reporte aux époques bibliques de la création, bien avant la naissance de l'homme, lorsque la terre incomplète ne pouvait lui suffire encore. Mon rêve alors devance l'apparition des êtres animés. Les mammifères disparaissent, puis les oiseaux, puis les reptiles de l'époque secondaire, et enfin les poissons, les crustacés, les mollusques, les articulés. Les zoophytes de la période de transition retournent au néant à leur tour. Toute la vie de la terre se résume en moi, et mon cœur est seul à battre dans ce monde dépeuplé.

Jules Verne, Voyage au centre de la terre, XXXII, 1864.

Séance 06

Le sujet

Exercice

Sur la grève assombrie passent les grands mammifères des premiers jours. Le Megatherium, arc-bouté sur ses énormes pattes, fouille la terre. Le Ptérodactyle, aux ailes griffues, glisse comme une large chauve-souris sur l'air comprimé.

***

Des oiseaux immenses, plus grands que l'autruche, déploient leurs vastes ailes. Dans mon imagination s'éveillent toutes ces créatures fossiles. Les mammifères, puis les oiseaux, puis les reptiles de l'époque secondaire disparaissent. Les zoophytes de la période de transition retournent au néant à leur tour. Toute la vie de la terre se résume en moi.