Les Fables de La Fontaine, livres VII à IX

Objet d'étude : La littérature d'idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle.

Problématique générale : Les fables des livres VII à IX, petites histoires pour enfants, ou réflexion poétique sur l'homme ?

Support : Jean de la Fontaine, Fables, coll. Livre de poche, éd. LGF.

Séance 01

Les fables

Observation

Quelle couverture vous paraît le mieux représenter les fables de La Fontaine ?

Pistes

Prolongement

Documentez-vous sur La Fontaine, sa vie et son oeuvre, en particulier les différents recueils de fables.

Livres I à VI Livres VII à IX
Dates

Destinataires

Sources

Personnages

Formes

Séance 02

Une rêverie

Appropriation

1. Proposez une morale à cette fable.

2. Peut-on vraiment encore parler d'une fable ?

Pistes

Explication

1. Comment le personnage de Perrette est-il présenté ?

2. À quelles péripéties est-elle confrontée ?

3. Quelle est la chute de cette histoire ?

Notes

1. Marri : fâché.

2. Battre la campagne : divaguer, déraisonner, partir à la dérive.

3. Picrochole : roi fictif qui, dans le roman Gargantua, déclenche une guerre pour un prétexte futile en s'imaginant conquérir le monde.

4. Pyrrhus : roi antique, adversaire de Rome. Une de ses victoires, dans laquelle il perdit un nombre considérable d'hommes, est à l'origine de l'expression 'Victoire à la Pyrrhus'.

5. Sophi : roi de Perse.

Perrette sur sa tête ayant un Pot au lait

Bien posé sur un coussinet,

Prétendait arriver sans encombre à la ville.

Légère et court vêtue elle allait à grands pas ;

Ayant mis ce jour-là, pour être plus agile,

Cotillon simple, et souliers plats.

Notre laitière ainsi troussée

Comptait déjà dans sa pensée

Tout le prix de son lait, en employait l'argent,

Achetait un cent d'œufs, faisait triple couvée ;

La chose allait à bien par son soin diligent.

Il m'est, disait-elle, facile,

D'élever des poulets autour de ma maison :

Le Renard sera bien habile,

S'il ne m'en laisse assez pour avoir un cochon.

Le porc à s'engraisser coûtera peu de son ;

Il était quand je l'eus de grosseur raisonnable :

J'aurai le revendant de l'argent bel et bon.

Et qui m'empêchera de mettre en notre étable,

Vu le prix dont il est, une vache et son veau,

Que je verrai sauter au milieu du troupeau ?

Perrette là-dessus saute aussi, transportée.

Le lait tombe ; adieu veau, vache, cochon, couvée ;

La dame de ces biens, quittant d'un œil marri1

Sa fortune ainsi répandue,

Va s'excuser à son mari

En grand danger d'être battue.

Le récit en farce en fut fait ;

On l'appela le Pot au lait.

...

Quel esprit ne bat la campagne ?2

Qui ne fait châteaux en Espagne ?

Picrochole3, Pyrrhus4, la Laitière, enfin tous,

Autant les sages que les fous ?

Chacun songe en veillant, il n'est rien de plus doux :

Une flatteuse erreur emporte alors nos âmes :

Tout le bien du monde est à nous,

Tous les honneurs, toutes les femmes.

Quand je suis seul, je fais au plus brave un défi ;

Je m'écarte, je vais détrôner le Sophi5 ;

On m'élit roi, mon peuple m'aime ;

Les diadèmes vont sur ma tête pleuvant :

Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même ;

Je suis gros Jean comme devant.

Jean de La Fontaine, Fables, VII, 9, 1678.

Observation

Quelle histoire raconte cette peinture ?

Fragonard, Perrette et le pot au lait, 1770.

Séance 03

Les animaux des Fables

Présentation

Consacrez dans votre journal de lecteur une page au portrait d'un animal évoqué dans les livres VII à IX. Par exemple :

- Le Lion : Le Lion, le Loup et le Renard ; Les Animaux malades de la peste ; La Cour du Lion ; Les Obsèques de la Lionne ;

- Le Rat : Le Rat qui s'est retiré du monde ; Le Rat et l'Huître, Le Chat et le Rat ;

- Le Loup : Le Lion, le Loup et le Renard ; Le Loup et le Chasseur ; Le Loup et le chien maigre ;

- Le Chat : Le Chat, la Belette, et le petit Lapin ; Le Chat et le Renard, Le Singe, et le Chat ; Le Chat et le Rat ;

- L'Homme : L'ingratitude et l'injustice des hommes envers la Fortune ; L'Homme et la Puce ; Le Gland et la Citrouille.

- La Femme : Le mal marié ; La Laitière et le Pot au lait ; Les Femmes et le Secret ; La Fille ;

Vous expliquerez comment La Fontaine a imaginé son personnage en vous appuyant sur des exemples. Vous pouvez mettre des images pour illustrer votre propos. L'ensemble fera une page.

Séance 04

Le pouvoir des Fables

Oral

Préparez une lecture à deux voix de cette fable.

Grammaire

1. Des vers 6 à 14, relevez les négations et comparez-les.

2. Transformez les deux questions des vers 20 à 23 en interrogations indirectes et expliquez les changements opérés. Quelle formulation (directe/indirecte) vous paraît la meilleure ?

Commentaire

Préparez une réponse développée aux deux questions ci-dessous.

1. Montrez que cette fable nous propose un récit amusant.

2. Que nous montre cette fable sur l'art de parler et le pouvoir des histoires ?

Pistes

Dans Athènes autrefois peuple vain et léger,

Un Orateur voyant sa patrie en danger,

Courut à la Tribune ; et d'un art tyrannique,

Voulant forcer les cœurs dans une république,

Il parla fortement sur le commun salut.

On ne l'écoutait pas : l'Orateur recourut

A ces figures violentes,

Qui savent exciter les âmes les plus lentes.

Il fit parler les morts, tonna, dit ce qu'il put.

Le vent emporta tout ; personne ne s'émut.

L'animal aux têtes frivoles

Étant fait à ces traits, ne daignait l'écouter.

Tous regardaient ailleurs : il en vit s'arrêter

À des combats d'enfants, et point à ses paroles.

Que fit le harangueur ? Il prit un autre tour.

Cérès, commença-t-il, faisait voyage un jour

Avec l'Anguille et l'Hirondelle :

Un fleuve les arrête ; et l'Anguille en nageant,

Comme l'Hirondelle en volant,

Le traversa bientôt. L'assemblée à l'instant

Cria tout d'une voix : "Et Cérès, que fit-elle ?

- Ce qu'elle fit ? un prompt courroux

L'anima d'abord contre vous.

Quoi, de contes d'enfants son peuple s'embarrasse !

Et du péril qui le menace

Lui seul entre les Grecs il néglige l'effet !

Que ne demandez-vous ce que Philippe1 fait ?"

A ce reproche l'assemblée

Par l'Apologue réveillée

Se donne entière à l'Orateur :

Un trait de Fable en eut l'honneur.

Nous sommes tous d'Athènes en ce point ; et moi-même,

Au moment que je fais cette moralité,

Si Peau d'Âne m'était conté,

J'y prendrais un plaisir extrême,

Le monde est vieux, dit-on, je le crois, cependant

Il le faut amuser encor comme un enfant.

La Fontaine, Fables, "Le Pouvoir des Fables", VIII, 4, 1678


1. Philippe de Macédoine, roi qui tentait de s'emparer les cités grecques.

Séance 05

Exposés

Recherche

Préparez un bref exposé (5-10 minutes) sur un des groupements de poèmes suivants :

  • Les richesses : Le Savetier et le Financier ; Le Loup et le Chasseur ; Le Trésor et les deux Hommes ;
  • La Cour et les courtisans : Les Animaux malades de la Peste ; Les Obsèques de la Lionne ; Le Lion, Le Loup et le Renard ;
  • La mort : La Mort et le Mourant ; Le Cochon, la Chèvre et le Mouton ; Les deux Hommes et le Trésor ;
  • L'amour : Les deux Pigeons ; Le Mari, sa Femme, et le Voleur ;

Vous présenterez chaque poème (vous situerez le texte, lirez quelques vers -ceux qui vous paraissent les plus pertinents-, résumerez le propos), puis vous mettrez en évidence les points communs entre les textes.

Pistes

L'exposé

Éléments restrictifs

Une prestation orale ne peut atteindre la moyenne si : l'exposé montre que les poèmes ne sont pas compris ; l'exposé est une simple redite des poèmes ; l'exposé n'est pas compréhensible en plusieurs endroits ; l'exposé est très court.

/20 De 1 à 5 De 6 à 10 De 11 à 15 De 16 à 20
S'exprimer à l'oral

L'expression et le niveau de langue orale sont acceptables.

L'expression, la lecture et le niveau de langue orale sont acceptables.

L'expression, la lecture et le niveau de langue orale sont correctes.

L'élève s'adresse à son auditeur.

L'expression est fluide, le niveau de langue orale est correct.

La lecture est vivante et expressive.

L'élève communique avec aisance et conviction.

Lire, analyser, interpréter ; tisser des liens entre différents textes

Le sens littéral des poèmes est globalement compris.

Le sens littéral des poèmes est compris.

Le sens littéral des poèmes est compris.

Un rapprochement est effectué entre les poèmes.

Le sens littéral des poèmes est compris ; l'implicite des poèmes est perçu.

Plusieurs rapprochements sont effectués entre les poèmes.

Les spécificités de chaque texte sont mises en évidence.

Construire un jugement argumenté

La réponse est structurée : introduction, développement, conclusion.

La réponse est structurée et suit une logique perceptible.

Des références au texte sont faites.

La réponse est structurée et suit une logique explicite et pertinente.

Des références précises au texte sont faites.

Annexe

Puzzle poétique

Exercice

1. Remettez en forme la fable ci-contre.

2. Proposez une suite.

Avec grand bruit et grand fracas un torrent tombait des montagnes : tout fuyait devant lui ; l'horreur suivait ses pas ; il faisait trembler les campagnes. Nul voyageur n'osait passer une barrière si puissante ; un seul vit des voleurs ; et se sentant presser, il mit entre eux et lui cette onde menaçante. Ce n'était que menace et bruit sans profondeur : notre homme enfin n'eut que la peur. Ce succès lui donnant courage, et les mêmes voleurs le poursuivant toujours, il rencontra sur son passage une rivière dont le cours image d'un sommeil doux, paisible, et tranquille, lui fit croire d'abord ce trajet fort facile : point de bords escarpés, un sable pur et net.