Le Projet Fréron

L'interrogation

Interrogation directe et indirecte

Directe
Indirecte

Elle est formulée au style direct : Il a demandé : "qu'est-ce que tu as fait ?" ; Je lui ai demandé : "Est-ce que tu veux venir ?"

Elle est formulée au style indirect : Il a demandé ce que j'avais fait ; Je lui ai demandé si elle voulait venir.

Elle est caractérisée par la ponctuation, l'inversion du sujet et, à l'oral, une intonation montante.

C'est une reformulation de la question en subordonnée : il n'y a plus de ponctuation spécifique, l'inversion du sujet disparaît.

À vous de jouer !

Classez les interrogations de cet extrait.

Chloé Lassel, 22 ans, en master de droit, à l'université Versailles-Saint-Quentin : "La crise m'a donné envie de changer de voie"

"La crise sanitaire m'a donné envie de changer d'orientation. Pour la première fois, depuis un an et demi, je me suis retrouvée seule chez moi, entourée de mes bouquins, et j'ai commencé à me demander ce que je voulais vraiment faire.

Depuis un an, je travaille le week-end dans une librairie de mon quartier. J'adore l'idée de conseiller des livres. J'ai eu l'occasion de rencontrer des auteurs. Cela m'a confirmé que je voulais travailler dans ce domaine, pourquoi pas dans l'édition ?

Ce qui m'inquiète avec la crise, c'est l'écart qui s'est accentué entre les classes sociales. Les personnes les plus pauvres sont encore plus pauvres, des personnes qui ne l'étaient pas le sont devenues, comme certains de mes camarades étudiants. Comment les aider à s'en sortir ? J'ai peur aussi qu'un ressentiment ne s'installe durablement. Je me demande si tout cela ne va pas déboucher sur des conflits."

Directe

Indirecte

Interrogation partielle et totale

Totale

La question porte sur toute la phrase. On peut répondre par "oui" ou "non"

Partielle

Un mot interrogatif indique sur quoi porte l'interrogation. On attend une information nouvelle.

DIRECTE

"Est-ce que tu veux venir ?"

Déterminant

"Quel métier exerce-t-il ?"

Pronom

"Qu'est-ce que tu as fait ?"

Adverbe

"Où êtes-vous allé ?", "Comment avez-vous fait ?", "Pourquoi venez-vous ici ?"

INDIRECTE

Le mot interrogatif est la conjonction de subordination "si" : "Je lui ai demandé si elle voulait venir"

Les mots interrogatifs introduisent la subordonnée : "Ils ignorent quel métier il exerce", "je me demande ce qu'il a fait", Ils ne savent pas où il est allé", etc.

À vous de jouer !

Classez les interrogations de cet extrait.

Matthias Montesano, 21 ans, barman à Turin (Italie) : "Nous devons arrêter ce consumérisme extrême"

"Je suis barman et mon secteur a été l'un des plus touchés par la pandémie. Je n'ai pas pu travailler pendant longtemps et, comme j'adore mon métier, c'est comme si une part importe de ma vie avait été emportée.

Beaucoup de mes camarades se plaignent des mesures restrictives adoptées. Le gouvernement a-t-il eu raison d'agir comme il l'a fait ? Je pense que, dans l'ensemble, le système a bien fonctionné. Bien sûr, la pandémie a révélé de graves failles : notre système de santé précaire, des lieux de culte ouverts par opposition aux musées et théâtres – oui à la religion et non à la culture, pourquoi ?

Nous devrions peut-être prendre ce virus comme un signe d'avertissement. Surtout, ma génération, plus pauvre que la précédente, doit se demander si elle ne devrait pas changer de mode de vie : arrêter l'hyper-consommation et aller à l'essentiel. Comment notre espèce pourra-t-elle survivre dans les cent prochaines années ? Cela ressemble à l'intrigue d'un film de science-fiction…

Pourtant, je me demande comment faire de cette pandémie un véritable moment de transition. Je pense, par exemple, aux relations avec la famille : nous nous sommes rendu compte que, dans les moments difficiles, l'avoir à nos côtés est essentiel."

DIRECTE
Totale

Partielle

INDIRECTE
Totale

Partielle

Est-ce que tout est bien compris ?

Classez les interrogations de cet extrait.

Josep Montserrat, 20 ans, étudiant à Torredembarra (Espagne) : "Le coronavirus a aggravé la situation des jeunes"

"La génération de nos parents a profité, en majorité, d'une qualité de vie que nous aurons du mal à obtenir. Est-ce que je suis trop pessimiste ? Aujourd'hui, pour la première fois dans l'histoire de l'Espagne, l'âge moyen d'émancipation des jeunes a atteint 32 ans.

Nous subissons le plus fort taux de chômage des jeunes de toute l'Union européenne. Je me demande si les politiques sont concernés par notre situation : la moitié des jeunes Espagnols de moins de 25 ans ne trouve pas d'emploi. Le coronavirus a aggravé cette situation.

Chaque entreprise, chaque restaurant qui a été fermé a reçu de l'argent. Mais combien d'impôts devrons-nous payer pour rembourser cette dette ? Le plus grand défi pour ma génération, est-ce que ce ne sera pas de rembourser ces sommes dépensées pour sauver des sociétés au bord de la faillite ?

Je me demande comment profiter de la crise pour traiter des problèmes qui auraient dû être résolus depuis des années. L'Europe se doit d'écouter la voix des jeunes car nous sommes le seul futur possible. Si nous n'allons pas de l'avant, qui le fera ?"

DIRECTE
Totale

Partielle

INDIRECTE
Totale

Partielle